Etat d'urgence

Michael CRICHTON

Robert Laffont, 2006



A San Francisco, le milliardaire George Morton s''écrase dans un tournant avec sa toute nouvelle voiture, une superbe Ferrari. Il venait juste d'annoncer qu'il ne souhaitait plus soutenir financièrement la NERF, une association écologiste. Son avocat Peter et son assistante Sarah sont emmenés dans une poursuite de l'Antarctique jusqu'à une île des Tropiques, contre une association terroriste écologique qui n'hésite pas à allumer des incendies ou réaliser une utopie : contrôler la météo en créant des tsunamis artificiels pour alerter le grand public, faisant ainsi croire au changement du climat.

Un livre dérangeant — pas sur la forme bien sur : l'écriture de M. Crichton est très classique avec du suspense, des personnages, des énigmes. La forme manque parfois de rythme. Ainsi, on ne passe dans l'action qu'à la page 244. Mais ça se laisse lire de façon assez agréable.

Sur le fond par contre c'est assez dérangeant : le livre est conçu comme un véritable polar scientifique. La théorie du réchauffement est en effet très critiquée : les arguments des opposants s'appuient sur des courbes ainsi que des publications scientifiques. Donc d'extérieur, ça fait béton. Le livre reprend le thème de la peur utilisée pour grouper des populations derrière une idée (tiens ça ressemble à 1984 qui l'avait érigé comme véritable théorie du pouvoir...mais c'est quand même beaucoup moins puissant !). Les annexes finales sont également dérangeantes : l'auteur y cite des théories scientifiques soutenues par de nombreux hommes politiques (Churchill, Roosevelt...) et scientifiques et qui se sont avérées être des erreurs... et là on arrive sur l'eugénisme, soutenu par Churchill, Roosevelt, Graham Bell et bénéficiant de l'appui de l'Académie Nationale des Sciences... ! Il donne également l'exemple bien connu du biologiste Lyssenko dont les abracadabrantes découvertes ont conduit à des famines ayant coûté la vie à des millions de russes. La question est donc de savoir si le réchauffement lui même ne serait pas imposé par terrorisme intellectuel ? L'analogie entre l'eugénisme et le réchauffement est assez osée !

Michael Crichton a une notoriété " béton " : 22 romans vendus à 150 millions d'exemplaires, de ces romans ont été tirés 12 films dont Harcèlement et Jurassic Park. Il a toujours eu une relation trouble avec la science, montrant toujours des chercheurs fous ou dangereux comme le biologiste de Jurassic Park qui ramène à la vie des créatures monstrueuses. Plus près de nous, Michael Crichton a été auditionné le 28 septembre 2005 par le Sénat américain, en tant qu'expert sur le réchauffement. Bien sûr, c'est un scientifique de formation (doctorats de médecine et d'anthropologie), mais est ce pour autant un spécialiste de ces questions d'environnement ? Il y a sûrement aux USA des spécialistes plus spécialistes que lui !

Le n° 1061 de Science et vie (fév. 2006) reprend les arguments développés par l'auteur dans Etat d'Urgence et il note que :

On sent bien que Crichton déteste les écologistes : " Une des religions les plus puissantes du monde occidental c'est l'écologie ". Il nomme d'ailleurs son appendice " pourquoi la science politisée est dangereuse ". mais de quel côté est la science politisée lorsque l'on voit que Crichton :
Michael Crichton aurait-il donc vraiment une attitude de scientifique honnête ou serait-il lié aux groupes d'intérêt des sceptiques du climat, très développé aux USA et très proche des défenseurs de la libre entreprise ? Un groupe actif qui multiplie groupes de réflexion et conférences grâce auxquels seuls 50 % des Américains croient au réchauffement.

Ce livre n'est donc pas un polar mais bien plutôt un livre idéologique dans lequel l'auteur cherche de façon malhonnête à faire accepter ses croyances ! Michael Crichton n'est donc pas un scientifique honnête mais un politique : exactement ce qu'il dénonce dans son livre !

Marc Suquet


La proie

Michael CRICHTON

Robert Laffont, 2003
Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 2002.



Dernier en date des romans à suspense de l'écrivain américain Michael Crichton, si souvent adapté à l'écran, "La Proie" a pour cadre le Nevada, et prend place dans le milieu technologiquement très pointu des nanotechnologies (la division des sciences qui s'occupe de machines grandes de quelques microns). Un informaticien au chômage de la Silicon Valley, Jack Forman, la quarantaine, marié et père de trois enfants, est engagé par ses ex-employeurs afin d'adapter un logiciel acheté par Xymos, l'entreprise dont Julia, son épouse, est la vice-présidente. Il faut dire que spécialisée dans les nanoparticules, la société Xymos développe pour le Pentagone des machines moléculaires qui forment une caméra composée de milliers d'yeux susceptible d'espionner et d'explorer les territoires ennemis. Le logiciel acheté est sensé aider l'équipe de Xymos à manipuler des nanorobots en les organisant en un essaim basé sur le modèle des insectes sociaux tels les abeilles ou les fourmis. Jack intervient dans le laboratoire au moment où Julia adopte un comportement de plus en plus étrange dans sa vie familiale et où les ingénieurs semblent rencontrer des problèmes dans la mise au point de leur technique. Il découvrira trop tard jusqu'où les apprentis sorciers ont repoussé les limites du génie scientifique et de la folie meurtrière...

Intrigue habilement construite, action palpitante et rythmée à souhait, suspense incroyable, rebondissements inattendus, documentation impeccable et fort bien digérée, rien ne manque si bien que le lecteur se laisse emporter par cette histoire à vous glacer le sang. La vulgarisation scientifique est efficacement menée et on comprend sans peine pourquoi les romans de Michael Crichton offrent tant de matière au cinéma hollywoodien. Peu d'écrivains à succès seraient capables d'orchestrer une aussi subtile mise en abîme du goût occidental pour l'avancement scientifique et technique au mépris de toute réflexion éthique. Ce roman est une belle illustration du fameux "science sans conscience n'e'st que ruine de l'âme" et une dénonciation de l'imprudence de ces scientifiques qui n'envisagent pas même une seconde que leurs créatures puissent leur échapper et que les choses ne se passent jamais comme on l'avait imaginé et espéré. Peut-être pourrait-on regretter le traitement un peu trop manichéen des personnages. Le beau blond est forcément superficiel puisque avenant et spirituel ; la sublime Asiatique cache des trésors de sagesse et d'équilibre sous son abord taciturne, etc... Mais ne boudons pas notre plaisir, ce n'est là qu'une toute petite réserve ! L'ambitieuse Julia perdra tout dans cette aventure, Jack le vertueux sauvera ce qu'il peut.

Parfaitement maîtrisé, parfaitement réussi, sans doute l'un des meilleurs romans de Michael Crichton. Un très bon moment de lecture.

MGRB

partager sur facebook :