Le complexe de Médée et autres contes fantastiques

Alain DELBE

Nestiveqnen, 2004



L'ensemble composé du court roman qui donne son titre au recueil et des dix-neuf nouvelles qui le suivent reprend les grands thèmes classiques du fantastique, de l'étrange, de l'angoisse, du paranormal et de l'horreur : mort, tragédie, malédiction, possession, exorcisme, métamorphose, folie, aliénation, absurde, satanisme, réincarnation, surnaturel, insolite, mondes parallèles, etc... Et revisite suivant l'angle de vue propre à l'auteur le bestiaire traditionnel du genre : diable, démon, vampire, loup-garou, momie...

De longueurs très différentes (le roman, de loin le plus long, compose à lui seul la moitié des pages du recueil, tandis que la nouvelle la plus courte en compte seulement deux), ces textes - soit à peu près l'ensemble des nouvelles qu'Alain Delbe a écrites en vingt ans - sont également d'une grande diversité mais aussi d'intérêt très variable. Certaines sont on ne peut plus sombres, dérangeantes, angoissantes voire terrifiantes, d'autres beaucoup plus légères. Arrêtons-nous tout d'abord sur le tout premier texte, "Le Complexe de Médée", court roman ou longue nouvelle qui donne son nom à la publication : il s'agit là d'une intrigue construite de manière plutôt conventionnelle autour d'une thématique on ne peut plus classique - la possession -, l'histoire peu convaincante d'une mère de famille qu'une créature diabolique, malfaisante à souhait, pousse à tuer son fils. La narration témoigne en l'occurrence du peu de maîtrise que l'auteur a du suspense. Rien d'innovant là-dedans, dommage ! C'est bien écrit, mais on s'ennuie un peu... Les nouvelles suivantes par contre, étranges ou déroutantes, sont bien plus satisfaisantes, suscitent le malaise et ménagent de très bonnes surprises. Plus courtes, Alain Delbe les enrichit d'un humour salvateur, comme en témoigne une minuscule parodie réjouissante du mythe du loup-garou. Un autre épisode amusant est un récit un peu cruel et sarcastique de pervers nécrophile, "Momie blues", où l'homme trouve le cadavre de sa vie par l'intermédiaire d'une petite annonce. Las, les assauts sensuels répétés de l'amoureux transi rendent vie à la jeune égyptienne de plus de deux mille ans vers qui le portent son coeoeur et ses sens...

Bien qu'inégal, un livre assez agréable à lire donc, mais que certains apprécieront davantage en passant directement à sa deuxième partie.

MGRB

partager sur facebook :