Pair de l'Empire

Raymond E. FEIST , Janny WURTS

J'ai Lu, 2006
Réédition d'un roman paru aux éditions Bragelonne en 2004. Deuxième tome de la série "La trilogie de l'Empire". Précédé de "Fille de l'Empire".
Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1990.



Deuxième volet de la Trilogie de l'Empire, où l'on retrouve Mara, Dame des Acoma sur le monde de Kelewan. Dans cette société totalement encadrée par l'honneur et les traditions, cette civilisation dans laquelle intrigues, trahisons et complots se trament sans arrêt, la jeune fille est parvenue à vaincre son pire ennemi, Jingu, seigneur des Winwanabi, qui a dû se suicider. Si elle a gagné du pouvoir et renforcé la situation de sa famille en prenant part au Jeu du Conseil, Mara n'ignore pas qu'elle est toujours en grand danger car Desio, le fils de Jingu, aspire à la vengeance et a juré sa perte. Courageuse et déterminée, elle n'en continue pas moins de veiller à la reconstruction de son clan, tant sur le plan politique que sur le plan économique et financier, raison d'ailleurs pour laquelle, en dépit de la très mauvaise réputation qu'on leur prête, elle achète des esclaves midkemians. L'un d'entre eux, Kevin, attire son attention et, bien vite, la fascine. Grâce à lui, Mara découvre la richesse de la culture de Midkemia et entraperçoit sous un angle nouveau la vie des Tsurannis. En dépit de leurs différences d'origine et de statut social, les deux jeunes gens tombent amoureux l'un de l'autre. Les ruses de Kevin alliées à l'habileté politique de Mara, fin stratège et tacticienne émérite, permettent à la Dame des Acoma de vaincre à nouveau ses ennemis de la famille des Minwanabi et lui assurent cette fois un véritable triomphe. Mais tout n'est pas encore joué. Gagnera-t-elle encore plus de puissance au cours du Jeu du Conseil ? Parviendra-t-elle à choisir entre Kevin l'esclave et Hokanu, noble issu du clan des Shinzawaï, le mariage d'amour et l'union purement politique et stratégique, le coeoeur et la raison ?...

Voilà un deuxième tome tout aussi captivant et tout aussi passionnant que le premier, et dans lequel l'accent est plus particulièrement mis sur les différences d'ordre idéologique, social et culturel qui distinguent Tsuranuanni de Midkemia, différences que l'on découvre en profondeur à travers l'amour sincère que Kevin et Mara se vouent l'un à l'autre. Les deux auteurs attachent toujours le même soin minutieux à dépeindre leurs personnages : Mara qui gagne en prestige et ses conseillers ; Kevin le "barbare" qui finira par se faire respecter comme il le mérite quand il sera patent que lui aussi respecte un code de l'honneur ; l'Empereur qui sort de son rôle de potiche pour gouverner ; Tasaio de la famille des Winwanabi : homme dangereux qui, aspirant à la ruine des Acoma, est bien près d'y parvenir. L'histoire est bien construite, bien menée, agréablement écrite, l'action complexe à souhait se déroule à plusieurs niveaux : politique, stratégique et sentimental et réserve de nombreux rebondissements. Et le lecteur assiste fasciné, médusé, à la reconstruction politique et économique de la maison de Mara qui patiemment gravit les échelons, s'élève dans la hiérarchie et gagne en prestige et en influence, en fait le résultat des efforts conjoints de Mara et Kevin et de la ruse qu'ils déploient avec un art consommé.

Un excellent deuxième tome dont la suite et fin est attendue avec impatience.

MGRB


Fille de l'Empire

Raymond E. FEIST , Janny WURTS

Bragelonne, 2004
Réédition du roman initialement publié en France en 2000 par les éditions de la Reine Noire.
Premier tome de la série "La trilogie de l'Empire".
Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1987.



Dans l'empire galactique exotique de Tsurani - inspiré du Japon médiéval et de la civilisation Maya - s'est développé un mode de vie basé sur la tradition et sur un code de l'honneur à la fois strict et très subtil auxquels doivent se plier tous les habitants, quelle que soit leur condition ou leur origine. Plus particulièrement encore pour les grandes familles nobles qui s'affrontent, pour le pouvoir bien sûr mais aussi la richesse et la gloire, dans une lutte sans merci, tous les moyens sont bons, tous les coups permis dans la mesure où ce fameux code d'honneur ne s'en trouve pas entaché. Cette bataille permanente, essentiellement politique, est on ne peut plus rude, raison pour laquelle les grandes familles cherchent à gagner des points au Jeu du Conseil de manière à devenir toujours plus fortes, toujours plus puissantes. Alors que son père et son frère, chefs de la famille Acoma, partis conquérir de nouvelles terres sur le monde éloigné de Midkemia, sont morts au combat, trahis par leurs ennemis ancestraux, les Minwanabi menés par le seigneur Jingu, et que l'armée familiale a été presque entièrement décimée, Mara, dix-sept ans, unique héritière des Acoma qui s'apprêtait à entrer en religion, doit renoncer à servir Lashima, déesse de la Lumière intérieure, pour assumer son héritage et prendre la tête du clan dorénavant bien affaibli. Inexpérimentée certes, mais intelligente, adroite et rusée, fière et très déterminée, la jeune fille va devoir s'initier à la politique et à la stratégie pour échapper aux complots ourdis par ceux qui voudraient porter un coup fatal au clan qu'elle dirige, reconstruire son armée, affaiblir ses ennemis, assurer sa vengeance et restaurer l'honneur des Acoma...

Après avoir produit les fameuses "Chroniques de Krondor", l'Américain Raymond E. Feist s'adjoint Janny Wurts pour nous offrir avec "Fille de l'Empire" le premier tome pour le moins surprenant d'une nouvelle trilogie, épique à souhait, suite logique de la première série, et que l'on peut aisément lire indépendamment de l'épopée précédente. Les héros en sont les ennemis de ceux des "Chroniques de Krondor". L'intrigue principale se déroule sur le monde de Kelewan dont la société nous est décrite en profondeur. L'accent est mis sur l'organisation politique et stratégique de cette civilisation, ainsi que sur le jeu du Conseil auquel la toute jeune Dame des Acoma, héroïne de ce roman et personnage central de la série, doit très vite s'initier, les règles du code d'honneur, les rites et autres traditions auxquels personne n'échappe mais qu'elle, Mara, dix-sept ans, fragile jeune fille certes, inexpérimentée qui plus est, mais extrêmement déterminée, prête à tous les sacrifices pour sauver son domaine du désastre et venger la mort des siens, n'aura de cesse d'infléchir pour peu que sa famille puisse en tirer un quelconque avantage. Elle sait s'entourer d'excellents conseillers, apprend vite et assimile rapidement les règles du Jeu, se révèle fin stratège et tacticienne émérite. Elle saura trouver sa place dans ce monde dirigé par les hommes et dans lequel la femme est traditionnellement soumise à son mari, déjouer les pièges que lui tendent ses adversaires et choisir ses alliés, s'imposer, comploter, manigancer avec une maestria que pourraient lui envier ses ennemis les plus puissants et les plus aguerris. Si Mara apparaît psychologiquement bien fouillée, les auteurs n'en ont pas moins soigné la personnalité des nombreux autres personnages qui donnent vie à l'histoire qu'ils ont imaginée. Par ailleurs, ambiance orientale et univers exotique sont fort agréablement rendus, intrigues politiques complexes à souhait.

Un roman captivant pour un excellent moment de lecture.

MGRB


L'ombre d'une reine noire

Raymond E. FEIST

Bragelonne, 2004
Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1994



Sur Shila, après avoir combattu les envahisseurs pendant dix-sept ans, Jarwa, le sha-shahan des Sept Nations des Saaurs, le peuple lézard, souverain de l'empire de l'Herbe et seigneur des Neuf Océans, assistant à la ruine de son empire et à l'incendie qui ravage sa capitale, accepte, bien que craignant un terrible piège, que les Panthatians (prêtres-serpents venus d'un autre monde) ouvrent une faille pour permettre aux derniers survivants de son peuple de fuir et de trouver refuge sur une autre planète. Dès lors, depuis Novendus, continent de Midkemia où les exilés Saaurs se sont installés, les Panthatians assoiffés de pouvoir, s'appuyant sur les qualité guerrières du peuple lézard, veulent maintenant envahir le royaume. Leur armée, dirigée par la reine Emeraude, est si redoutable qu'à l'issue de la dernière bataille, sur les vingt mille guerriers engagés, seuls cinquante-huit sont revenus !...

De son côté, Erik, quinze ans, fils bâtard du baron de la Lande Noire, apprenti forgeron fort habile et soigneur de chevaux éclairé coule des jours paisibles auprès de sa mère dans son village de Ravensburg. Mais voilà que l'un de ses deux demi-frères, Stefan, qui a juré sa perte viole Rosalyn, l'amie d'Erik. Ce dernier tente de lui venir en aide et, ce faisant, tue accidentellement Stefan. Accompagné de Roo, il fuit vers Krondor, mais les deux amis finissent par être capturés et condamnés à mort par le prince Nicholas, fils d'Arutha qui vient de mourir. Erik et Roo vont être pendus quand on leur propose la vie sauve s'ils acceptent d'intégrer le corps des cinquante mercenaires que Calis, l'Aigle de Krondor, demi-elfe, fils d'Aglaranna, la reine des elfes, va tenter d'infiltrer dans l'armée de la reine Emeraude afin de peut-être trouver un moyen de la vaincre. Pour courageuse qu'elle est, la mission n'en demeure pas moins désespérée... Et enfin Miranda, une jeune femme mystérieuse apparemment dotée de grands pouvoirs et chargée d'une étrange mission, se rend à Elvandar, plus précisément chez Aglaranna, pour y quérir Pug, le grand mage. Mais, arrivée à destination, force lui est de constater que celui-ci a disparu...

Avec "L'ombre d'une reine noire", Raymond E. Feist démarre une nouvelle aventure plantée dans l'univers de Midkemia, en fait celui des "Chroniques de Krondor" dans lequel, rappelons-le, s'immerger fut un vrai délice, et offre à ses lecteurs un récit fantastique aux personnages fort attachants, bien écrit, bien construit, mené avec maestria, riche en péripéties de surcroît. Une action rythmée, haletante, une narration fluide, de belles descriptions aussi. On retrouve également avec plaisir certains des héros qui ont animé les "Chroniques" ou bien leurs descendants directs. On en croise de nouveaux (magiciens, êtres venus de l'au-delà, elfes, dragon, mais aussi des jeunes gens aussi courageux qu'intrépides et qui se découvriront une grande force morale...), vivants, attachants à souhait et qu'on suit avec intérêt. Bref, Raymond E. Feist, auteur talentueux au savoir faire reconnu, met en place une nouvelle saga qui promet d'être aussi passionnante que ses précédents romans. Bravo !

De l'aventure et du divertissement comme on aime... Un vrai régal ! La suite, vite !

Premier tome d'une tétralogie intitulée : "La guerre des serpents", nouvelle saga de Krondor qui commence une génération après les événements du "Boucanier du Roi".

MGRB


Prince de sang

Raymond E. FEIST

Bragelonne, 2003
Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1989



Vingt ans se sont écoulés depuis la fin de la guerre de la Faille et le royaume de Krondor a retrouvé la paix. Le prince Arutha, frère du roi et héritier de la couronne, a renoncé à faire valoir ses droits au trône de Rillanon. Le roi n'a eu que des filles, tandis que son frère est maintenant le père de deux garçons, des jumeaux, Borric et Erland, qui ne sont pas prêts du tout à assumer leur position d'héritiers au trône. En effet, au mépris de leur statut de prince, les deux jeunes gens sont parfaitement immatures et ne pensent qu'à se distraire. Pour les préparer à leur vie future, Arutha leur confie une mission diplomatique : sous escorte de ses plus fidèles conseillers, les jumeaux sont envoyés comme représentants de la couronne à l'anniversaire de l'impératrice de Kesh, souveraine de la nation frontalière la plus puissante de Krondor. Cette mission est d'une importance capitale, ce qui devrait amener les deux princes à prendre enfin leurs responsabilités. Ce qu'Arutha ignore encore, c'est que la révolte gronde dans les provinces de l'est, que quelqu'un tente de faire échouer la mission des princes, et que c'est un assassin originaire de la famille royale de Kesh qui va tenter de les tuer avant même leur départ. En plein désert, ils sont attaqués et Borric est enlevé par des pillards...

"Prince de sang" est la suite de "Les Chroniques de Krondor", série jusqu'à présent constituée de "Pug l'apprenti", "Milamber le mage", "Silverthorn" et "Ténèbres sur Sethanon", initialement traduite en français et publiée par les éditions de la Reine Noire. L'histoire se déroule vingt ans après les événements narrés dans les quatre premiers tomes et peut donc se lire indépendamment. Rien de révolutionnaire ou de vraiment innovant dans le présent roman, mais Raymond E. Feist est un auteur talentueux qui fait preuve d'un savoir-faire des plus efficaces pour nous offrir un excellent roman d'aventures qu'on dévore d'une seule traite. On retrouve donc avec le plus grand plaisir tous les éléments qui ont contribué au succès des premiers tomes de la série : un monde original, bien pensé, bien décrit, vivant et cohérent, des personnages humains, hauts en couleur et attachants - dont certaines vieilles connaissances ! -, une atmosphère prégnante, une intrigue fascinante qui démarre assez lentement certes, mais dont le rythme s'accélère très rapidement au fil des aventures mouvementées que vivent les deux frères au coeoeur des régions les plus sombres de Kesh où des dangers plus terribles et effrayants les uns que les autres jalonneront leur route.

Raymond E. Feist confirme - mais est-il encore nécessaire de le dire ? - son talent d'auteur à succès. La fantasy à laquelle son imagination a insufflé vie se dévore comme une gourmandise, savoureuse, plaisante et distrayante. Un vrai plaisir de lecture !

MGRB

partager sur facebook :