Ecoute-moi... Ecoute-moi...

Corinne FOURNIER

Hors Commerce, 2003
Premier roman



Cardo, le professeur de chant extraordinaire, qui a formé tant de chanteurs... mais surtout Lora Kerisper, sa préférée, la plus douée, celle qui est en passe de remplacer Elvira Tomarova, la plus grande diva de tous les temps, Cardo, "l'homme à l'oreille parfaite", se pose bien des questions. Doit-il continuer à se taire ou faut-il maintenant tout dévoiler ? L'ennemi est redoutable, très redoutable, mais Cardo a voulu s'en occuper seul. Son orgueil, toujours son orgueil ! Se confier à la police, mais le croira-t-on ? C'est alors que survient l'accident... Cardo est écrase par une voiture... Lora est totalement effondrée car sa vie n'a plus de sens. Maintenant que Cardo n'est plus là, qui va la guider dans sa carrière prometteuse ? Lora ne croit absolument pas à la thèse de l'accident, d'autant moins que Cardo a été cambriolé récemment. Le cambriolage, l'accident. Enfin, le prétendu accident. Ça fait beaucoup ! Elle est persuadée que Cardo avait "découvert quelque chose". Mais quoi ? Pourquoi, avant son accident, Cardo écoutait-il, réécoutait-il les mêmes CD, "les mêmes voix" ? Il semblait totalement obsédé. Alors que la police se désintéresse de l'affaire, Rachel, jeune femme dynamique, réalisatrice de films, va mener l'enquête pour Lora, totalement désemparée. N'est-elle pas, en effet, sa meilleure amie ? Rachel va s'intéresser à la mystérieuse firme Vocalis. Une firme très particulière, à la fois agence et maison de disques, et dont les tout jeunes élèves, jusque là inconnus, écrasent tous leurs concurrents dans les auditions... Elle visitera une chocolaterie qui a peut-être un rapport avec Vocalis - Quel peut bien être le lien entre l'Opéra et le chocolat ? -. Il ne sera pas simple pour Rachel de réussir à emboîter les différentes pièces du puzzle car l'enquête, souvent périlleuse, va réveiller ses pires cauchemars...

"De la musique avant tout chose"... (Paul Verlaine). "La ligne des éditions Hors Commerce est de prendre la tangente de l'écriture, de la création, de s'inscrire dans la singularité des situations, de défendre le hors norme..." "Le projet de soutenir des écritures nouvelles et novatrices, des langues originales et singulières qui offrent une maturité, une authenticité, une ou des sensibilités. De la langue, mais toujours une histoire..." [Mauvais Genres - Rade de Brest / fascicule n°6/mai-juin 2003] Corinne Fournier, avec ce premier roman original, répond parfaitement aux critères des éditions Hors Commerce. Un bémol cependant. Les thèmes de la vengeance, de la manipulation et de la gémellité ne sont pas nouveaux. D'aucuns avanceront que les personnages ne sont pas tous au diapason, que certains manquent d'épaisseur voire de crédibilité ou sont quelque peu caricaturaux ("le tueur", par exemple... Celui de Rachel n'est pas si mal, cependant, et celui de Cardo est plus qu'attachant...). Ils diront que l'intrigue donne - parfois - quelques signes de faiblesse, de discordance, de dissonance. Que la composition pêche par manque de rigueur. Que la clé de l'énigme aurait pu être plus inspirée, que le final est trop explicatif et trop démonstratif... Il est facile de rétorquer au choeoeur des mécontents que cet opus ne manque ni de doigté ni de rythme ni d'harmonie ni de créativité. L'ensemble de ce thriller souvent proche du fantastique nous fait évoluer dans l'univers souvent clos de l'opéra. Corinne Fournier, à coup sûr "chocolatophile" et "chocolatomaniaque", se révèle un chef d'orchestre doué, un deus ex machina au registre grave qui sait faire vibrer son lecteur. Dans ce premier roman, elle mêle habilement ses connaissances de l'opéra et du chocolat à une intrigue au tempo efficace et enlevé. Un thriller baroque, lyrique et noir. En dépit de quelques maladresses, on se laisse séduire par le charme d'une enquête délicieusement compliquée dans laquelle Corinne Fournier sait parfaitement distiller l'angoisse et maintenir le suspense jusqu'aux dernières pages. Plus fort encore, elle sait créer, auprès de son lecteur, des envies que l'écoute de la musique elle-même ne susciterait sans doute pas... Elle donne vraiment l'envie d'écouter, de réécouter "les grandes voix", tout en savourant un bon chocolat, onctueux et raffiné, bien sûr... car le chocolat ne souffre pas d'être médiocre !...



Un premier roman original et prometteur. Un auteur à suivre !

MGRB

partager sur facebook :