La Survivante

GILLON

Drugstore, 2008
Intégrale



Voici rassemblés les quatre albums que Paul Gillon a fait paraître entre 1985 et 1991. Aude émerge d'une plongée sous-marine pour se rendre compte qu'elle est la seule survivante d'un cataclysme. Elle regagne Paris et s'installe à l'hôtel Crillon... Eh oui, un rêve de toujours et sans personne pour encaisser ses goûts de luxe. Oui mais voilà, restent les Cybers, chiens de garde domestiques qui n'ont rien oublié de leur programmation passée.

Aude a quelques appétits sexuels dévorants, plutôt branchée cul, c'est une véritable sex-machine. Aussi n'a-t-elle pas grands remords à employer ou détourner les maigres possibilités qui s'offrent à elle : robots, algues mystérieuses sorties de la Seine munies d'un appendice carrément phallique, pour le plus grand plaisir de l'humaine délaissée et même une machine de radio chargée de pianoter sur une console, mais pas seulement...

Le thème récurrent dans l'album est un des grands classiques de la SF : la guerre entre l'homme et les robots. Initialement au service de l'homme, ceux-ci échappent à leur créateur et se liguent contre lui. La situation peut être ridicule : alors qu'elle est la seule survivante, Aude se prend une prune pour excès de vitesse ! Mais elle peut être plus tragique : comme l'élimination par Ulysse, le robot jaloux, de Stanny, le seul homme restant sur terre et avec qui Aude était décidée à jouer à Adam et Eve et à repeupler la terre. Le véritable rôle du robot est détaillé progressivement : volonté de dominer l'homme et le biologique en contrôlant ses pulsions mais aussi apprentissage de comportements inconnus des robots initialement limités par leur programmation. Les dialogues sont souvent assez sophistiqués, soulignant les capacités de contrôle des robots.

Paul Gillon est un auteur aux multiples facettes : dessinateur dans Vaillant, France soir et Mickey (Le Fantôme de Barbe Noire), grand de la SF avec la série Les Naufragés du temps et récompensé à Angoulême en 1982 pour l'intégralité de son oeuvre. Il est mort récemment, à l'âge de 85 ans.

Un classique de la SF érotique que l'on relit avec plaisir.

Marc Suquet


L'histoire d'Alban Méric (Quintett, T. 2)

GILLON, Frank GIROUD

Dupuis, 2005
coll. Empreinte(s)



L'histoire de Quintett 1 vue par les yeux d'un autre personnage, Alban Méric. Celui ci est officier, passionné par la civilisation byzantine, chargé de la conservation des oeuvres artistiques rencontrées lors des combats. Il s'éprend de son aide de camp, le beau grec Manolis. Mais Grall, un sergent antipathique, a pris des photos et le fait chanter. Et oui, pas franchement recommandable d'être homo en 1916 dans l'armée et au front ! Mais les exigences de Grall sont de plus en plus importantes et sans fin.

Voici, par rapport au 1er tome, une deuxième histoire vue sous un angle totalement différent. Le cadre et les personnages sont les mêmes mais l'angle de vision est totalement différent. Les personnages importants lors du 1er tome (Dora Mars par exemple) deviennent ici anecdotiques. Mais la même histoire prend un relief tout à fait différent. C'est une très bonne idée déjà exploitée au cinéma dans des films tels que Pulp Fiction. L'originalité est également dans l'attirance homosexuelle de l'officier et de l'aide de camp. On sent bien l'angoisse d'Alban monter au fur et à mesure des exigences de Grall. Un piège dont on se demande comment il sortira.

Le dessin est très différent du Tome 1, en beaucoup plus réaliste. Les personnages sont plus ronds.

Un bon album, tout aussi classique que le 1er pour le scénario.

Nous commençons avec ce deuxième tome à entrevoir la trame de l'histoire et le regard se déplace avec les protagonistes. Bien sûr c'est du déjà vu mais la technique si elle est bien menée est toujours assez passionnante. J'ai bien envie de lire le tome 3...

Annecat


Deux mystérieux personnages feuillettent les livres d'une bibliothèque en évoquant leurs auteurs. Quatre personnes dont les destins se sont entrecroisés en 1916 alors qu'ils participaient à un " quintett " (à mi-chemin entre le " quintet " jazz et le " quintette " classique, apprend-on plus tard) censé " remonter le moral " des troupes postées dans la zone neutre de Macédoine. Ceux qui nous concernent dans ces deux premiers tomes d'une série qui en comptera cinq sont Dora Mars, chanteuse ambitieuse et quelque peu midinette, et Alban Méric, archéologue érudit amoureux d'un petit pâtre grec. Rien ne lie à première vue ces deux personnages. Et pourtant...

Sur une idée qui rappelle l'expérience menée au cinéma par Lucas Belvaux dans sa trilogie (Un couple épatant, Cavale, Après la vie), Frank Giroud s'attaque à une série prévue pour ne pas dépasser cinq tomes, ce dont lui sauront gré les lecteurs dont ni le portefeuille, ni la patience n'est extensible à l'envi. Seul inconvénient de la formule : il faudra attendre le cinquième tome pour juger de l'ensemble de la série, l'intérêt de chaque histoire résidant en ses connexions avec les autres, même si chacune peut être lue indépendamment des autres, les événements liés à chaque personnage trouvant leur conclusion à la fin de chaque album. Ce que l'on peut dire en tout cas à la lecture de ces deux premiers épisodes, c'est que tout cela est extrêmement prometteur ! Les aventures (plutôt sentimentales, il faut le dire) de Dora Mars et Alban Méric sont aussi passionnantes l'une que l'autre et laissent entrevoir une intrigue plus large que l'on découvrira au fur et à mesure. Enfin, l'idée d'avoir fait appel à des dessinateurs différents pour illustrer les points de vue contrastés des protagonistes sur la même période est excellente. A ce petit jeu, Bonin et Gillon s'en sortent tous les deux aussi bien et l'on attend avec impatience de découvrir le travail des suivants.

Mikael Cabon

partager sur facebook :