Retour en Afrique

Chester HIMES

Gallimard, 2003
Réédition.
Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1965.



Dans un parking de Harlem où elles sont venues écouter le prêche du révérend O'Malley, des familles noires se prennent à rêver d'un avenir meilleur : "Toutes les familles, si nombreuses soient-elles, sont invitées à déposer la somme de mille dollars. Le transport est gratuit, vous recevrez cinq arpents de terre fertile en Afrique..." Mais soudain débarque au milieu de la foule un camion conduit par un Blanc. Et c'est la consternation ! Lorsque le véhicule disparaît, le rêve d'immigration vers la terre des origines d'une centaine de familles s'évapore avec lui. L'argent que venaient de déposer les aspirants au rapatriement vers la terre ancestrale africaine, quatre-vingt-sept mille dollars, vient en effet d'être volé ! Le promoteur du mouvement "Retourner en Afrique" est le révérend O'Malley, un repris de justice qui n'hésite pas à dénoncer treize de ses anciens complices. Chargés de l'affaire, les inspecteurs Fossoyeur et Ed Cercueil, deux flics de Harlem, vont comme beaucoup d'autres courir après l'argent dérobé. Mais pourquoi parle-t-on d'une balle de coton ? Et qui est donc ce Colonel qui poursuit cette balle ?...

Chester Himes, auteur entre autre des excellents titres que sont "La Reine des Pommes", "Tout pour Plaire" ou encore "Imbroglio Negro", avait découvert Dashiell Hammett, son "maître" à écrire, en prison et décidé de se mettre à l'écriture pour crier sa révolte contre l'humiliation et dénoncer la condition des Noirs américains, mais ce n'est que tardivement, alors qu'il vivait en France, qu'il s'essaya au roman noir. Avec "Retour en Afrique", qui n'est sans doute pas un de ses romans majeurs, il nous offre une intrigue complexe, une passionnante partie de cache-cache doublée d'une chasse au trésor dans les rues d'un Harlem où les cadavres se ramassent à la pelle. Ecrit voilà près de quarante ans, ce roman n'a pas pris une ride ni rien perdu de son intérêt. C'est toujours avec le même plaisir qu'on plonge et replonge dans les romans de cet immense écrivain issu de la communauté noire américaine, qu'on découvre ou retrouve son style mordant, direct, son écriture efficace, à la fois sèche et incisive, ses personnages hauts en couleur, sa révolte face aux injustices et sa grande humanité. Les deux héros récurrents, bien sûr, inspecteurs improbables, Ed Cercueil Johnson et Fossoyeur Jones, héros de cinq autres histoires situées elles aussi à Harlem, qui n'hésitent pas à se montrer cyniques et injustes face à leurs frères de couleur, mais aussi les autres acteurs, petits ou gros escrocs tel ce révérend, faux pasteur mais vrai bandit, un braqueur qui collectionne les conquêtes féminines pour aussitôt les abandonner, maquereaux et putains, flics corrompus, etc. qui tous ont un rôle à jouer. Immoralité, cruauté, racisme, saugrenu, improbable, rocambolesque, démesure, humour, drôlerie, cocasserie, burlesque, absurde, grotesque sont bien sûr de la partie. On rit beaucoup et l'on s'émeut tout autant.

Un bon roman - on peut néanmoins lui préférer "La Reine des Pommes" !

MGRB

partager sur facebook :