Earthwind

Robert HOLDSTOCK

Mnémos, 2004



Aeran est une planète forestière que les humains ont colonisée. Mais, par un mystérieux phénomène, ceux-ci sont retournés au mode de vie des premiers hommes, sans technologie, vivant de chasse et de pêche, pratiquant des rites guerriers ou funéraires tels que l'on pouvait en voir il y a plusieurs milliers d'années sur Terre. C'est une société régie par des lois très strictes où tout écart peut être puni de mort ou de bannissement du clan (ce qui, dans ce monde hostile, est rapidement fatal). Les habitants d'Aeran vivent dans un endroit appelé le Grunt. Pour avoir le droit d'y accéder, chacun doit passer différentes épreuves comme par exemple tuer une aile noire, volatile aussi mystérieux que dangereux... C'est ce monde qu'étudie Elspeth Mueller, interpellée par le mode de vie de ce peuple et fascinée par les mystérieux signes que l'on trouve gravés dans la pierre d'Aeran, signes qui ressemblent étrangement à des dessins observés en Irlande lors de fouilles archéologiques. Elspeth va d'abord devoir apprendre à vivre comme les habitants de cette planète, c'est-à-dire suivre les coutumes du clan Wakai et se soumettre à un certain nombre d'épreuves pour être admise dans le Grunt... Mais voilà qu'un vaisseau arrive, venu voir comment a évolué la petite colonie d'Aeran. A son bord, deux individus qui vont voir leur destin transformé par ce monde, le Navimagister Gorstein et le rationaliste Peter Ashkar qui, entre prêtre et shaman, se sert de tarots ou d'autres objets pour aider son Navimagister à prendre les bonnes décisions. En effet, les hommes, affranchis de leurs dieux, font désormais confiance au Yi king pour les guider...
Holdstock est un auteur fasciné par l'univers magique de la forêt (voir La forêt des Mythagos ou La forêt d'Emeraude). Il aime aussi à brouiller son récit. Car au départ, tout est relativement simple : des humains qui rétrogradent à l'âge de pierre, une jolie anthropologue venue étudier ce peuple, mais qui en fouillant un peu, découvre d'étranges signes déjà observés sur Terre, en Irlande, bien des siècles et des siècles plus tôt. Difficile de comprendre à quoi servent ces signes : une vague correspondance avec le temps et le pouvoir psychique des humains. Ensuite, tout devient encore plus opaque, avec de longues discussions philosophiques entre les trois personnages étrangers à Aedan qui ont pour effet de rendre le récit particulièrement confus. Nos avis sont donc partagés sur ce livre qui, malgré des qualités d'écriture certaines et une bonne idée de départ se révèle décevant. A réserver aux inconditionnels de Robert Holdstock.

Jean Goasdoué

partager sur facebook :