J'ai tué Abel

Serge LE TENDRE, Guillaume SOREL

Vents d'Ouest, 2015



Le jour du mariage de sa fille, Hamor est convoqué à Babylone par le grand roi Nébunedzar. Ce dernier, c'est plutôt le genre frappadingue, qui élimine qui il le souhaite au moindre caprice. Après le siège de Jérusalem par Nébunedzar et ses armées, Hamor ne peut plus coopérer avec le roi fou.

Pour débuter cette série sur les assassinats, Glénat a souhaité évoquer le premier meurtre de l'humanité, celui d'Abel par Caïn. Une histoire attestée par les trois religions du livre, sans que l'on en connaisse exactement les faits. Serge le Tendre propose ici une très belle interprétation de cette histoire ancienne. On ne pouvait en attendre moins du scénariste de La Quête de l'oiseau du temps. Son scénario raccroche joliment l'histoire de Caïn et Abel et suggère au lecteur un vrai plaisir scénaristique.

Comme les dessins de Guillaume Sorel sont également très beaux, on peut facilement affirmer que ce premier album de la nouvelle collection de Vents d'Ouest est une vraie réussite.

Marc Suquet


  

Affrontements à Blue Hill

Serge LE TENDRE, Olivier TADUC

Dupuis, 2004
Coll. Repérages, 9,50 euros
Chinaman : 7



Dans une Amérique de Far-West empêtrée dans une vague d'intolérance raciale - une loi vient d'être votée, interdisant l'immigration pendant dix ans -, la situation de Chen Long Anh surnommé "Chinaman" ne s''améliore pas. Installé avec sa compagne, Ada, une institutrice Blanche, à Blue Hill, bourgade de l'Ouest où lui et Ada essaient vaille que vaille de s'intégrer à la population locale, cet ancien homme de main du chef d'une triade chinoise nouvellement installé à San Francisco, cet étranger qui, au fil des pérégrinations qui l'ont mené de ville en ville, a bien souvent été confronté au racisme ordinaire et à l'exploitation scandaleuse de ses compatriotes immigrés, employés à la construction du chemin de fer, n'aspire plus qu'à une vie calme et paisible et se fait bûcheron. Mais la communauté villageoise tolère mal la relation qui unit un Chinois à une femme blanche qui pourtant fait tout ce qu'elle peut pour que les deux communautés apprennent à mieux se connaître. Et l'arrivée de nouvelles familles chinoises attise le ressentiment, exacerbe le racisme latent de certains villageois. Les esprits s'échauffent, la tension monte. Enfin, tout se complique encore lorsque, mandaté par "l'honorable" Zi Ding, puissant chef des triades, qui ne désespère pas d'apprendre la mort de Chen, débarque à Blue Hill un maître d'arts martiaux qu'accompagnent quelques élèves bien décidés à se mesurer au célèbre Chimanan. Maintenant, la violence ne peut qu'éclater au grand jour...

Avec "Affrontements à Blue Hill", Serge Le Tendre et Olivier Taduc donnent une suite mouvementée aux aventures de Chinaman, ce paria, ex-mercenaire des triades chinoises, perdu en plein Far West américain. En s'attachant à décrire le quotidien des émigrants chinois aux Etats-Unis, alors que le pays connaît de violentes émeutes après le vote des lois d'exclusion, les deux auteurs signent un épisode plus que jamais humaniste et attachant. Ce septième album marque également un tournant dans la relation entre Chen et sa compagne Ada, un tournant qui va marquer durablement la suite de la série. En effet, alors que notre héros ne rêve que d'une vie de couple calme et sereine, le seul fait d'être là et la réputation qui lui colle à la peau n'arrêtent jamais de lui attirer les pires ennuis. Son passé, impossible de s'en défaire ! Et même si c'est son souhait le plus cher, jamais il ne pourra décrocher et vivre simplement, tranquille, paisible, heureux : le destin de Chen est et ne pourra être que dramatique... Les temps sont difficiles pour tous ceux qui sont hors norme. Hélas pour lui, différent des autres à plus d'un titre, Chen en fait partie. Le scénario imaginé par Serge Le Tendre est efficace, émouvant, bien construit et bien mené, dense sans être par trop complexe. Il traite de sujets comme le racisme, la discrimination, l'ostracisme, le rejet de la différence, les difficultés d'intégration, fait alterner action et réflexion et met en scène une intéressante galerie de personnages, principaux et secondaires. Cet album pourrait même infléchir, suivant une nouvelle orientation, la suite des aventures de Chinaman : quelques personnages font leur apparition, l'on pressent bien qu'on les croisera encore et qu'ils prendront une part active dans les événements à venir. Et puis, la situation du héros évolue de manière intéressante. En effet, ce ne sont pas tant les diverses agressions auxquelles Chen doit faire face qui rendent le récit intéressant, mais bien leur impact et leurs répercussions sur sa vie privée. Le personnage d'Ada lui aussi est attrayant. Cette femme bienveillante et idéaliste se trouve confrontée à la violence et au doute, alors que Chen aspire au silence et affiche un comportement réservé. Côté graphisme, rien à redire, c'est du tout bon : le dessin réaliste d'Olivier Taduc, toujours aussi dynamique et efficace, séduit d'autant plus qu'il bénéficie d'une mise en couleur harmonieuse, fort agréable à l'oe'oeil. Aussi à l'aise dans le traitement graphique propre au western qu'à dépeindre le monde oriental des immigrés chinois. C'est plaisant, simple, lisible, soigné, détaillé mais sans surcharge. En un mot comme en cent, le dessin sert à merveille le récit de Serge Le Tendre.

Un album réussi, fort agréable à lire. On attend du reste avec impatience la suite de cette épopée haute en couleurs.

MGRB

partager sur facebook :