Jungle de rouille

Pierre PELOT, Emmanuel VEGLIONA

Dupuis, 2004
coll. Repérages. 9,50 euros
H. A. N. D. Tome 2. Précédé par : "La peau des ombres".



Quelque part dans le futur, alors que l'humanité a essaimé à travers toute la galaxie... Lors d'une conférence au sommet, Zetran Lo de l'Explor Inc. et Anato de la société Bio Ingenio Anato Corporation tentent de justifier auprès des représentants de la H. A. N. D., Human Analysis New Department, qui contrôle ces deux consortiums industriels intergalactiques, l'échec de leur projet reposant sur les plus récentes études top secrètes relatives au bio-virtuel, projet visant à créer un sujet-concept, bio-cloné et génomodifié, destiné à soutenir psychologiquement les nouveaux colons de New World, la planète soeoeur récemment terraformée... En clair, le sujet expérimental rebelle - en fait une fillette chauve pourvue de moustaches de chat - s'est évadé des labos de recherches et sa fuite compromet gravement le secret entourant le projet. Les deux dignitaires affirment que l'union des services spéciaux de l'Explor Inc. et d'Anato a cependant permis à un commando spécial composé de trois chasseurs méritants - l'agent de la Police Urbaine Chago Dieciocho ; Cruz, un traqueur olfactomodifié de la Police de Sécurité Scientifique de l'Explor Corporation ; la tueuse Lagrima, employée à la Sécurité de l'Anato Corp. - de pister, de localiser, de récupérer ledit sujet... avant de signaler sa position à leurs commanditaires et d'être, lui-même, ainsi que l'objet de leur traque, purement et simplement "effacés". Une opération rondement menée et qui semble donner toute satisfaction au conseil des Sept Fédérations qui domine le monde... mais qui n'a rien à voir avec la réalité. Chago - qui a retrouvé l'enfant par hasard et l'a recueillie - et Lagrima - la belle tueuse lancée aux trousses du flic et qui, en quête de rédemption, se retourne contre ses créateurs employeurs -, sont en effet les deux témoins gênants d'une affaire à ne surtout pas ébruiter. Commence alors une traque sans merci dans la jungle, zone de non-droit où vivent divers opposants au système en place. La fillette meurt, son cadavre, entouré d'une nuée de papillons, repose sur une souche qui doucement dérive sur le fleuve, porté par le courant vers son embouchure, vers l'océan. Chago délire : il s'est blessé au couteau pour ôter lui-même le mouchard que l'Anato Corps avait implanté dans son cou ; en s'infectant, la plaie lui a donné une grosse fièvre qui l'a laissé faible et inconscient dans un environnement hostile où grouillent mille dangers. Bien décidée à se battre pour sauver sa peau, à survivre à la chasse meurtrière orchestrée par Explor Inc. et Anato qui a lancé contre eux de nouvelles tueuses, bien décidée aussi à réclamer des comptes au "padre", le seigneur Anato "himself", "père" de ses "soeoeurs clones", parfaites génorépliques d'elle-même, Lagrima combat une des tueuses lancées sur leur traces mais ne parvient pas à récupérer son scoot-planeur, tombé à l'eau où il a sombré. Elle et Chago n'ont pas le choix, il va leur falloir se frayer à pied un chemin à travers une végétation luxuriante et extrêmement dense et longtemps marcher pour retrouver le scoot de Lagrima grâce auquel ils pensent pouvoir quitter cette jungle, zone hors contrôle infestée de pillards sans scrupules...

Pierre Pelot a beau être l'un des écrivains français les plus prolifiques, il a néanmoins construit le scénario de cette série - avec laquelle il signe sa première intrusion dans le monde de la bande dessinée - sur une trame classique de science-fiction. Rien de vraiment original ou inventif, mais qu'importe ! Pierre Pelot sait raconter des histoires captivantes dans lesquelles on se laisse embarquer sans problème... Dans un futur plus ou moins proche où la maîtrise des populations est assurée grâce au clonage, aux secondes naissances et autres manipulations génétiques, un monde dans lequel chaque individu est classé dans diverses catégories qui déterminent son statut et sa fonction, un monde extrêmement contrôlé, un petit grain de sable va enrayer une machine aux rouages jusqu'alors bien huilés... L'histoire paraît complexe. Heureusement pour le lecteur, elle progresse doucement. Nul besoin donc de se torturer les méninges pour comprendre ce récit planté dans un univers futuriste, a priori post-apocalyptique, à la fois décadent et violent. L'auteur nous offre avec cet album une aventure, bien ficelée, agréablement déroulée, riche en action, concentrée sur la fuite de Chago et Lagrima, le complot orchestré par Zetran Lo et Anato, la traque menée par Lagrima II, en fait la soeoeur clone de notre tueuse, mais aussi sur le mystère des pouvoirs dont la défunte "fille-sujet" devait être le réceptacle. Bien que typés, les personnages ne manquent pas de caractère, on s'y attache aisément. L'histoire est bien menée, le suspense bien entretenu, et le mystère demeure opaque quant aux pouvoirs de l'enfant-sujet. Un jeu de piste et de cache-cache au pays des clones, pas toujours simple à lire, mais distrayant. Que demander de plus ?... Graphiquement parlant, l'album est honnête. Emmanuel Vegliona signe avec "La peau des ombres" et "Jungle de rouille" la réalisation graphique de ses deux premiers albums. Pas mal pour un début ! En dépit de quelques maladresses et bien que manquant peut-être un peu d'assurance et de relief, son dessin minutieux, tonique et dynamique n'est pas désagréable et sert bien l'histoire. Pour le traitement des décors, rien à redire, c'est crédible et cohérent. Cela dit, les personnages - portraits, attitudes, mouvements, etc. - gagneraient encore à être plus soignés.

Un album efficace et haletant et qui se laisse dévorer d'une seule traite... Une série jusqu'ici captivante. A suivre, par conséquent !

MGRB

partager sur facebook :