Chaos de famille

Franz BARTELT

Gallimard, 2006



Il n'est plus tout jeune, pas encore tout vieux. Entre deux âges. Depuis dix-huit ans, il rêve de tuer Camina mais c'est un faible. Peut-être un lâche, aussi. Camina, issue d'une famille de grands déprimés des tout-pensionnés, incapables d'un travail régulier... c'est sa femme.

Nom de jeune fille : Rachot.
Nom de femme : Plonque.

Dans sa jeunesse, avant de rencontrer Camina, il répondait à un prénom du calendrier, il ne se souvient pas lequel. Camina ne l'appelle jamais autrement que " Echo ! ". Echo obéit, se soumet à l'ordre de Camille : cuisine, ménage... Et surtout allumer la télévision car Camina vit avec la télévision qu'elle regarde dès le matin jusque tard dans la nuit.
Le dimanche, tous les dimanches ou presque tous les dimanches depuis dix-huit ans, après avoir fait les courses hebdomadaires pour sa belle-mère, Echo franchit la frontière, avec Camina, vers la Belgique. Ils passent le clair de l'après-midi dans les magasins de meubles. Pour voir. Seule vraie distraction pour Echo, la visite de la voisine, Madame Quillard, " une femme enveloppée, bien proportionnée ", sur laquelle il ne cesse de fantasmer.

Un accident de voiture, sans réelle gravité, va permettre à Echo d'échapper à sa femme, aux Rachot, à son sort peu enviable. Il va feindre la paralysie. " Paralysé du corps et muet de la bouche. "... Une paralysie flasque " d'après le diagnostic de l'inquiétant docteur Pételle. Notre " paralytique ", dégagé de toutes ses obligations va alors se sentir " plus vivant que jamais " tandis que les croque-morts auront fort à faire avec la famille Rachot ...

" LES ROMANS LES PLUS DROLES "

Pour aborder la rentrée avec bonne humeur, voici Eric Chevillard, FRANZ BARTELT, Floch et Rivière, Bernard Foglino et Julien Péluchon. LIRE leur décerne le prix de l'humour littéraire. (LIRE, septembre 2006, page 76). Le jardin du bossu, polar du même auteur (réédité chez FOLIO, qu'on se le dise !) avait séduit la critique : " Méchant, caustique, satirique... Polar ludique, drôle et inquiétant "... Avec Chaos de famille, Franz Bartelt, poète, dramaturge, nouvelliste, feuilletoniste a fait pire ! Il nous fait revivre Affreux, sales et méchants, non pas en Italie, mais dans les Ardennes qu'il connaît si bien et dont il parle également si bien.

Normand de naissance, ardennais de coeur et un peu belge par provoc, Franz Bartelt... " Désespérément français et en bonne santé " se dit être " un vrai dépressif : un type drôle mais pas gai ". (Martine LAVAL, Télérama n° 2860, 3 novembre 2004)

L'histoire de cette famille dégénérée est une pure jubilation. L'humour noir "très noir" et la verve de Bartelt font à nouveau merveille. L'auteur qui fait, une fois de plus, voler en éclats les règles du polar nous entraîne dans un cauchemar burlesque, hallucinant, peuplé de personnages truculents, inquiétants. " Des nubuques ! " (p. 32). Camina et Eho (le narrateur), bien sûr. Mais aussi madame Quillard, la pulpeuse voisine, le docteur Pételle, " le plus nubuque des nubuques, le con incompétent par excellence, l'âne le pervers, le nuisible " (p. 64). Alban Pitaine, croque-mort de son état, amateur de femmes à grosse bouche... et tueur en série à l'occasion...

Et que dire du style ? Franz Bartelt a déclaré :

" Je suis un tâcheron, un laborieux.L'écriture, c'est un vice. La vie n'étant pas une chose très sérieuse, je ne crois qu'au travail (Télérama n° 2860).

Eh bien, le tâcheron se débrouille plutôt bien ! Son écriture sans cesse inventive, ses dialogues percutants font penser à Frédéric Dard, Michel Audiard, à Marcel Aymé, et à Jim Thompson, ont écrit certains critiques... Excusez du peu !

En conclusion :

- Un roman totalement déjanté, loufoque et jubilatoire.
- Un écrivain de talent à découvrir si ce n'est déjà fait.*

*P.S. Pour ma part, j'ai été récemment initié à Bartelt par " un bon copain à lui " (Il se reconnaîtra !...), ardennais, amoureux de Rimbaud, de la Belgique... et des Ardennes, lui aussi !

Roque Le Gall

partager sur facebook :