Palmer en Bretagne

PETILLON

Dargaud, 2013



Solange Pommeraie, veuve depuis peu, a invité quelques convives à passer un week-end sur son île privée de Bretagne, l'Ile Gwenn. Des journalistes vedettes, des people et deux milliardaires, Livarot et Maroilles (sic). Deux milliardaires qui se vouent une haine réciproque. L'invitation conjuguée de ces deux hommes vaniteux est loin d'être innocente. Tous deux sont collectionneurs d'art contemporain et Solange Pommeraie a imaginé de les mettre en compétition. Elle compte bien vendre au plus offrant le "Sujet 4", une toile acrylique, un Kraumka exceptionnel, toile que son époux avait acquise peu de temps avant sa mort... Le séjour va bientôt tourner au drame quand l'un des convives sera retrouvé mort sur la plage...

Et Jack Palmer, me direz-vous  ? Je n'en ai pas encore parlé... Vous en comprendrez mieux la raison à la lecture de cette BD de qualité. Sachez seulement que cette aventure est la quinzième de Jack Palmer, "le détective le plus drôle de la BD". Sachez encore que notre héros "crétin", engagé comme garde du corps par l'un des deux milliardaires rivaux, aura un rôle quelque peu passif durant ce week-end mouvementé.

- Qu'est-ce qui pue comme ça ?
- L'algue verte.

Dès la première vignette, dès le premier dialogue, le ton est donné. Dans ce nouvel album, il ne sera pas simplement question de la mise en bulles de Jack Palmer, le personnage fétiche de l'auteur. Pétillon mettra également en bulles certains clichés sur la Bretagne, à commencer par celui des algues vertes... Mais sont-ce vraiment des clichés ? Comme l'a dit Pétillon : "Je ne pouvais pas faire l'impasse sur les algues vertes..."

Pour la première fois, il croque ici la Bretagne, "une région à identité forte", avec ses problèmes. Il s'était déjà attaqué à la Corse, "autre région à identité forte". Il le fait avec humour, un humour certes ravageur et dévastateur mais jamais cruel. Il montre beaucoup de bienveillance envers sa région natale qui a beaucoup marqué son imaginaire. Les personnages sont soigneusement dépeints et les autochtones, personnages souvent "rugueux" s'en tirent bien mieux que les people qui semblent venir d'une autre planète...

En ce qui concerne les autochtones, mention spéciale à Tintin, le mareyeur... J'ai également bien aimé le chef cuisinier de Solange Pommeraie. Vous en découvrirez la raison à la lecture de Palmer en Bretagne, un album jubilatoire et totalement réussi... Pétillon est au sommet de sa forme. Il le confirme dans cette quinzième aventure de Jack Palmer... ainsi que chaque mercredi dans le Canard enchaîné. Laissons la conclusion à deux des personnages de la BD :

- Quel week-end atroce !
- J'en ai passé de pires. (p. 54)

Roque Le Gall


  

L'Affaire du voile

PETILLON

Albin Michel, 2006
12,50 euros



La jeune Lucie a disparu et ses parents ont engagé le privé Jack Palmer pour mener l'enquête. Ses premières investigations le mènent droit vers le milieu musulman fondamentaliste : Lucie se serait convertie à l'Islam, porterait le voile et se ferait appeler Yasmina Fatwa...
Je n'ai pas lu L'enquête corse, sans doute parce que je me fiche comme d'une guigne du " problème " en question. C'est même avec un a priori plutôt négatif (la figure obsédante de Christian Clavier n'arrangeant pas les choses, puisque j'ai par contre fait l'erreur de regarder le film à la télévision) que j'ai commencé la lecture de cette treizième enquête de Jack Palmer. Heureuse surprise : j'ai été immédiatement séduit. Point de clichés faciles ni de lourds parti pris politiques ici : l'humour de Pétillon est au contraire très fin, emprunt d'une certaine tendresse pour ses protagonistes, et, il faut bien le dire, très efficace ! Cet homme a l'art de dédramatiser les situations les plus délicates et nombreux sont les passages franchement hilarants. Si les intégristes sont évidemment clairement visés, il le fait sans malveillance, en s'intéressant davantage au mal-être des fidèles que " les barbus ", comme il les appelle, agressent en permanence. Pétillon arrive même à présenter les islamistes avec une certaine indulgence, comme s'il s'agissait de grands enfants irresponsables, au point que l'on en vient à se moquer gentiment d'eux, sans haine aucune, avec juste un tantinet de dédain tout de même... Véritable dialogue de sourds, le dernier échange entre les deux imams (l'un prônant la tolérance, l'autre une lecture littérale du Coran, jusqu'à l'absurde), est en ce sens particulièrement savoureux. " Ca va s'arranger ", commente l'oncle. " Ca risque de prendre pas mal de temps ", conclue la mère. Oui, sans doute. En attendant, cet album est très réussi, fera rire ou grincer des dents, selon le cas, et l'on espèrera juste qu'il sera, lui, épargné par l'industrie cinématographique...

Mikael Cabon


" S'il a retrouvé un homme dans le maquis corse, il peut retrouver quelqu'un n'importe où ! " C'est du moins ce que s'efforce de croire Clara Pelerin, dentiste bobo qui a fait appel au " détective calamiteux " Jack Palmer. Depuis un mois elle est en effet sans nouvelle de sa fille Lucie, étudiante en médecine. Palmer retrouve vite la trace de la jeune fille. Il suit une piste qui le mène à Belleville et découvre que Lucie s'est convertie à l'Islam, qu'elle porte le voile, qu'elle se fait appeler Yasmina Fatwa, qu'elle a subi l'influence des fondamentalistes et que, comme eux, elle prône un Islam rigoureux. Madame Pelerin ne comprend pas : sa fille " avait des préoccupations de son âge... les petits amis, les études, les fringues, sortir, la techno, un pétard de temps en temps... elle lisait Houellebecq... " De plus elle n'avait jamais manifesté le moindre intérêt pour la religion. Pour aucune ! Alors que penser ? ?
Une enquête délicate pour le privé Jack Palmer qui ne manque pas de nez. Il en a même un très gros ! Ce qui ne l'empêchera pas de cafouiller lamentablement et de se prendre les pieds dans les tapis de prière " j'ai vraiment merdé ", reconnaîtra t-il d'ailleurs, lucide et penaud...

Un magasin Orient style, la boutique des frères Moumill, le bazar du turc où l'on vend des tapis de prière nouveau modèle, une mosquée occupée, un hammam, des énarques complètement dépassés, une grande manif pour le voile, un couple de bobos, deux jeunes gens Rachid et Latifa, Roméo et Juliette modernes, condamnés à cacher leur amour à cause de leurs deux imams de pères, l'un libéral, l'autre intégriste, des barbus, encore des barbus, une école coranique où il est difficile de pénétrer et d'où il est tout aussi difficile de sortir et bien d'autres choses encore mais pas le moindre " raton laveur "...
Cet inventaire à la Prévert, pardon ! à la Palmer peut donner une idée, incomplète bien sûr, de la 13ème aventure, excellente, du personnage fétiche de René Pétillon. Après la désopilante Affaire corse, saluons la nouvelle apparition de Jack Palmer, le privé au nez proéminent et au trench-coat trop grand, le détective le plus loufoque, le plus catastrophique, le plus gaffeur, le plus calamiteux, le plus abruti, le plus ringard de l'histoire de la bande dessinée. Ne reculant devant rien et se moquant du politiquement correct, Pétillon a de nouveau entrepris de nous faire rire avec un sujet extrêmement sensible, un sujet qui fâche : l'Islam en France ou plus exactement les Islams ! ! ! Sujet délicat s'il en est. Ce ne sont pas les caricaturistes danois qui diront le contraire...
En cette période troublée et malgré les sensibilités exacerbées, l'accueil fait à l'album de Pétillon est plus que favorable : il bat les records de vente et on a beaucoup vu et entendu son auteur sur les différents médias... Je cite un peu dans le désordre : " Très réussi, très courageux, très drôle, intelligent, documenté, sensible, fin, subtil,...Vous rendez service aux musulmans. Ils n'ont pas l'habitude que l'on se moque d'eux...Irréprochable, inattaquable sur le contenu... "
Commentaires de Pétillon : " le thème principal de l'album est la femme. Elle a été le déclencheur pour moi...Je me suis documenté...Il ne fallait pas froisser. Mon but, détendre l'atmosphère. Le rire détend...Parler de l'Islam tranquillement, sans crispation. Le rire est une arme contre le fondamentalisme...Je n'ai aucune envie d'attaquer les religions, mais les dérives... Ce que j'ai voulu illustrer, c'est le cas des nouveaux convertis, toujours plus véhéments que les autres. Si l'on en croit les diverses réactions, Pétillon a atteint son but. Grâce à son tact, à son humour burlesque et ravageur, un humour que les britanniques qualifieraient de " NONSENSICAL "... bref, grâce à son talent, il a su mettre les rieurs de son coté. La majorité des musulmans de France semblent apprécier son album qui devrait même être traduit prochainement en arabe.
Salam Aleïkoum...

Roque Le Gall

partager sur facebook :