Le pays des Toubabs et autres nouvelles

Jean-Claude RENOUX

Harmattan, 2003
Nouvelles. Coll. Ecritures. 9,50 euros



"Le titre" : Monsieur Dédé indique à Bamboula - Golé - comment aller au commissariat pour régulariser sa situation...
"Nyama" : Vieille prostituée noire, Embélé conte sa vie et son pays natal...
"L'homme qui n'avait pas de maison" : Dans une gare, un SDF est allongé sur un banc. Passe un papillon qu'il suit et qui le mène à une maison où une femme agonise...
"Le Noël de Golé" : Dans le tableau vivant qui représente la nativité, Golé sera l'un des rois mages. Il apporte le Mir... L'on ne quitte jamais définitivement son pays, son village, ses amis, par plaisir. Et quand on y est forcé à cause des traditions ancestrales qui sont la base même de sa culture, le déracinement n'en est que plus profond. Sans compter l'accueil que l'on reçoit en Occident.

Méfiance, haine, mépris... peur toujours et violence parfois, tel est le lot des émigrés dont Jean-Claude Renoux parle avec passion dans ces textes plein d'émotion, sans pathos mais avec au contraire beaucoup d'humour...

Ce recueil compte quatre courtes nouvelles noires dont deux ont été écrites à l'origine en soutien à des associations telles que le MRAP et ATD Quart-Monde. L'auteur nous y présente des personnages extrêmement attachants, déracinés, paumés, désespérés pour certains, pleins d'une foi naïve en l'avenir pour d'autres. Le ton est sobre et juste. Il sera question de l'exploitation de l'homme par l'homme, de l'esclavage moderne, de la solidarité qui se manifeste dans la misère. Jean-Claude Renoux s'attache à évoquer ces laissés-pour-compte dont on se désintéresse, que l'on ne regarde pas ou ne veut pas voir. Dommage que ces récits soient si courts, tant l'auteur dont le talent de conteur transparaît dès les premiers mots nous donne envie de mieux connaître ces marginaux si touchants, si... humains. L'une des nouvelles est développée dans un roman sur lequel on se jettera après cette agréable mise en bouche. Et en plus, Jean-Claude Renoux a dessiné lui-même sa couverture. Un auteur décidément bien sympathique et qui gagne à être connu !

Un livre bonheur. A lire et à faire lire !

MGRB


Le Nacho suivi de Les Ricaud

Jean-Claude RENOUX

L'Enclave, 2003
Nouvelles. 12 euros



Il était content, Lucien !... Il aimait bien sa rue... Il passait inaperçu et cela lui convenait plutôt bien... Mais ça, c'était avant, avant qu'il soit devenu pédé et qu'il ait attrapé son Nacho. Car voilà qu'un soir, il a une envie, Lucien. Pendant son heure à tuer, comme il dit, il a envie d'aller boire son déca au Royal Taurin. Alors, il y va, Lucien... et c'est ainsi que sa petite vie de fonctionnaire territorial bascule... dès lors que le grand Boulègue, proxénète notoire et fort en gueule, s'intéresse à Lucien et qu'il lui offre une première bière ! D'autres suivront... Et c'est là que commence l'après, suite à cette rencontre monstrueuse et au viol qui s'ensuit. Le monde de Lucien bascule : lentement, il sombre dans la folie. Après suivra l'hospitalisation d'office, l'HO, son NACHO. Et puis la peur terrible, ravageuse... Mais ça, c'est après ! Après que Lucien il est devenu pédé et qu'il a attrapé son Nacho...

Il est bien peinard dans son bled, Bernard Ricaud dit Naricaud, bien peinard jusqu'à ce que son "crétin de cousin", Olivier, le chargé de cours à l'Université de Lettres de Montpellier, déterre "une vieille affaire d'Arabes, qui n'étaient même pas Arabes, et qu'on avait retrouvés flottant dans le Gardon". Olivier, lui, il n'y vit pas dans le village, il ne fait qu'y revenir... de temps en temps. C'est Bernard qui, pour anticiper le drame, pour éviter à Olivier de trop "semer la merde", va mener l'enquête. Et c'est ainsi qu'il recueille la confession de "la Piche", Mercedes... Là, ce n'est pas une histoire où il y a des "gentils et des méchants, mais juste des malheureux, et des salauds malheureux". C'est ça qu'il va entendre, Bernard... Pour ça qu'il va tuer, Bernard !...

Tour à tour marin, infirmier en psychiatrie, conteur pour tous petits, Jean-Claude Renoux s'est très tôt intéressé au polar et au roman noir. Outre des contes tout publics et des essais, il a également publié des contes et récits pour adultes. Avec le présent recueil qui ne compte que deux nouvelles, toutes deux situées dans le Midi, la première en milieu urbain, l'autre à la campagne, l'auteur fait enfin son entrée dans le monde de la littérature noire et policière. Et le lecteur se laisse happer, surprendre et séduire par ces deux très belles histoires, originales et émouvantes, dont les héros sont des gens simples et banals, deux histoires narrées dans un style et une écriture habilement travaillés pour retranscrire avec finesse toute la saveur et l'oralité de la langue méridionale. Dans "Le Nacho", Lucien, le héros, apparaît tel un homme simple, non pas un simple d'esprit mais un être simple, innocent et candide, un gars sans complication, naïf, peut-être un rien attardé mais avec un vrai regard d'enfant. Pas dangereux, ni pour lui ni pour les autres, mais sans protection. Ce n'est pas un inadapté au monde ! Non ! C'est tout au contraire le monde et ses violences qui ne sont pas faits pour lui... Dans la seconde nouvelle qui, bien que plus courte, s'avère tout aussi maîtrisée que la première, la banalité quotidienne se trouve une nouvelle fois bouleversée par un événement qui emporte le héros, Bernard, là où il n'avait aucune intention d'aller, à savoir dans "le grand drame des passions humaines"...

Tout est réussi dans ce livre bref et on ne peut plus attachant, ce petit bijou qui est tout sauf un conte pour enfants et dont les personnages, étranges et singuliers, humains, vivants et attendrissants, longtemps vous trotteront dans la tête. A lire absolument !

MGRB

partager sur facebook :