Crédit fric à Brest

Laurent SEGALEN

Astoure, 2005
coll. Breizh Noir, 359 pages, 10,00 euros



Effervescence peu coutumière à la brigade de gendarmerie... Un appel a prévenu, il y a moins d'une heure, qu'un homme gisait sur la chaussée, au kilomètre trois, entre Jusson et Dorbois, bourgades voisines de la " métropole " locale, Brest.
L'homme est un coureur à pied. Crise cardiaque ? Choc avec un véhicule ? L'autopsie révèlera un empoisonnement au cyanure. La victime, Jacques Michel Loiseau était un cadre supérieur dans une banque bien connue, le CCB. " Jeune loup aux dents longues ", rouage clé dans cette société, il était l'un des responsables d'un accord stratégique et secret que devait signer le CCB dans les jours suivants. Le CCB allait céder le contrôle de sa filiale, la société de crédit " Créditfric ", qui devait passer sous la houlette d'une banque internationale basée aux Pays Bas. La mort du jeune cadre pourrait très bien être liée à cette opération financière, véritable coup de Trafalgar pour Brest et sa région.
Gaëtan Letrusel, journaliste au Quotidien Régional de l'Ouest, et son vieux copain Gérard Strullys, le meilleur limier de la police locale, vont mener leur enquête...

" Les crédits tuent, l'amiante aussi... " (p. 357)

" C'est un roman policier qui raconte des faits qui pourraient aussi bien se dérouler ailleurs, Brest n'étant qu'une hypothèse pour asseoir ce roman que je situe dans la catégorie des polars bretons " (Laurent Segalen, le Télégramme, lundi 2 janvier 2006).

Il le dit, l'avoue, notre Blanc-Bourgeois : il a écrit un polar breton ! " un de plus ! ...un de trop ! " diront d'aucuns qui détestent les polars bretons. Seul Jean-François Coatmeur (1) trouve grâce à leurs yeux et encore pas toujours ! Il est vrai que certains " polars dits bretons " ne présentent qu'un intérêt tout relatif, pour ne pas dire aucun intérêt (2)... Passons !

Quelques maladresses, sans doute, dans ce premier roman dont l'enquête nous plonge dans le microcosme local... Un auteur qui nous fait redécouvrir les dessous de la finance, les pressions subies par les journalistes, le milieu des syndicats et surtout un auteur qui dénonce le drame de l'amiante, subi par les ouvriers de la construction navale (à l'heure où le porte-avions Clémenceau continue de faire des ronds dans l'eau en attendant de pouvoir transiter par le canal de suez...) ne peut-être totalement mauvais.
Longue vie donc à Gaëtan Letrusel, Rouletabille du port du Ponant ! De nouvelles aventures du héros fétiche de Laurent Ségalen devraient suivre...

(1) Jean François Coatmeur qui d'ailleurs n'aime pas le terme polar, n'est bien sûr pas " un écrivain de polars bretons "....c'est un grand écrivain breton qui écrit... de très beaux livres !
(2) Quelques auteurs bretons que nous aimons bien à Mauvais Genres Rade de Brest : Gérard Alle, Hervé Bellec, Brigitte Biondi, Luc Calvez, Martial caroff, Thierry Daubrège, Denis Flageul, Yannick Letty, Isabelle Amonou, Gianni Pirozzi, Bruno Segalotti...

Roque Le Gall

partager sur facebook :