Sans queue ni tête

François THOMAZEAU

L'Ecailler du Sud, 2003
Coll. Poche. 3 euros



Imaginez que vous vous réveilliez un matin avec un vide manifeste à l'entrejambe, votre sexe reposant désormais à côté de vous. Quelle serait votre réaction ? Sans doute un sentiment d'horreur conduisant à une légitime panique... Rien de tout cela chez le héros de ce roman. Lui est... soulagé de se voir débarrassé d'un appendice qui ne lui a - selon lui - attiré que des ennuis. Loin de se précipiter aux urgences, il se contente de mettre "la chose", comme il l'appelle, dans sa poche et de reprendre ses activités quotidiennes, ou plutôt de se livrer à son oisiveté habituelle. Tout à sa joie d'être ainsi littéralement libéré de sa condition masculine, il ne se rend pas compte qu'il devient, aux yeux de tous, de plus en plus insignifiant, jusqu'à la transparence. Lui reste une obsession, plus forte que tout : retrouver cette femme qu'il a rencontrée dans le métro, asexuée comme lui. Or, cette quête d'un amour chaste et protecteur lui fera croiser la route de personnages beaucoup moins inoffensifs que lui...

Le moins que l'on puisse dire, à propos du livre très surprenant de François Thomazeau, c'est que son titre lui va bien. Et pourtant, pour étrange et surprenant que soit son sujet et déjantée son intrigue, ce roman a un propos beaucoup plus profond qu'il n'y paraît à la lecture, déconcertante il est vrai, des premières pages. Il faut découvrir les différents personnages, plus ou moins sombres, aigris, désabusés, méchants, et torturés, tous mal dans leur vie apparemment bien rodée, et suivre les tribulations erratiques du narrateur - un perdant né qui ne décide rien - pour découvrir, enfin, où François Thomazeau voulait en venir. Déroutant, captivant, souvent hilarant, "Sans Queue ni Tête" est un véritable polar délirant mais fort bien construit malgré tout, un polar qui se lit d'une seule traite et qui mérite largement plusieurs lectures.

Du suspense, de l'humour - très noir ! - et un bon grain de folie, un véritable chef d'oeoeuvre d'efficacité ! Jubilatoire !

MGRB

partager sur facebook :