Aventuriers des étoiles

Roland C. WAGNER

Mnémos, 2004
Coll. Icares. 18 euros
Ce roman reprend "Les Psychopompes de Klash", space opéra - publié d'abord au Fleuve Noir en 1990, puis réédité en 1997 - enrichi d'une suite inédite.



Le capitaine Lit de Roses a une chance incroyable, hors du commun. Dans les situations où le danger le presse de toutes parts, la plus minuscule des portes de sortie se présente toujours miraculeusement, et il se tire des plus mauvais pas. C'est là son talent : il est doué "d'hyperstochastie" (autrement dit, il est pourvu d'un ange gardien de compétition). Cela lui vaut d'être requis pour les missions les plus désespérées (peut-on alors parler de chance ??). Les aventures de l'homme aux cheveux bleus l'emmènent aux confins de la voie lactée et même au-delà. Eviter la guerre sur Klash, le plus grand des coeurs de ténèbres de la galaxie, convoyer un chronopathe (être atteint d'un mal inné qui évolue par crises faisant vieillir toute matière inerte de plusieurs milliers d'années en quelques minutes à des centaines de mètres à la ronde), juguler l'appétit vorace du Djugnalâmm (animal bleu télépathe aux extrémités garnies de ventouses) pour le métal, retrouver le roi pourpre pour qu'il guérisse Sheïff la belle Sfalle de son infirmité répulsive, que de tâches à accomplir pour le plus veinard des grands astronautes de tous les temps, le seul à avoir survécu à la traversée d'un trou noir...

Roland C. Wagner s'amuse bien et nous aussi. Ces contes sont parsemés de personnages et d'aliens tous plus inventifs les uns que les autres, et une certaine truculence du capitaine mâtinée de sens moral de canaille le rendent attachant. La deuxième partie du roman est un hommage un peu foutraque au magicien d'Oz, tandis que la première est plus classiquement bâtie sur le schéma du space opéra.

On ne criera pas au chef d'oeuvre, mais la lecture est incontestablement récréative. Du plaisir simple !

MGRB

partager sur facebook :