Les fils du vent

Robert Charles WILSON

Gallimard, 2005
Folio SF,6,20 euros



Ils possèdent tous les trois un don merveilleux : pouvoir se déplacer dans les dimensions. Malheureusement, interdiction d'en parler ou d'essayer de l'utiliser : les parents de Karen, Laura et Tim sont inflexibles sur le sujet. Pourquoi doivent-ils se déplacer constamment ? Pourquoi ces colères terribles de leur père dés que l'un d'entre eux utilise leur don ? Et qui est cet étrange personnage qui apparaît à chaque fois qu'ils utilisent leur pouvoir ? Il semble terrifiant. Autant de questions qui vont hanter leurs enfances. Des années plus tard, la famille s'est disloquée. Suel Karen a tenté de vivre une vie normale. Elle est mariée et son fis Michael est la joie de sa vie. Mais très vite le malheur va s'abattre sur elle et son fils. D'abord son mari la quitte, puis Michael a son tour semble posséder le pouvoir. Les voilà obligés de s'enfuir car l'homme en gris est réapparu. Il semble bien décidé à capturer nos deux fugitifs. Karen et son fils vont partir à la recherche de sa famille à travers l'Amérique pour comprendre leurs origines et qui ils sont vraiment.
Roman très facile à lire. Une espèce de road movie à travers l'Amérique et les dimensions. Il est surtout sujet de la différence avec l'autre, de la peur de ce que l'on ne connaît pas. Comme d'habitude, beaucoup d'imagination de la part de Wilson. Peu d'effets spéciaux (à part ce pouvoir évidemment, mais il est dû à des manipulations à base de magie dans un autre monde), une grande part de merveilleux parfois et surtout ces trois enfants qui après une enfance assez terrible vont peut-être se retrouver, pour le meilleur ou pour le pire.

Jean Goasdoué


Darwinia

Robert Charles WILSON

Gallimard, 2003
Réédition. Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1998.
Coll. Folio SF. 7,70 euros



Mars 1912. La nuit de son quatorzième anniversaire, Guilford Law, " enfant du siècle nouveau ", assiste au " Miracle " au cours duquel l'Europe et une partie de l'Angleterre - avec ses habitants, sa faune et sa flore - disparaissent subitement. A leur place, un continent aux contours identiques et à la géographie familière, mais un continent vierge de toute occupation humaine, recouvert d'une jungle où se développent des plantes et des animaux totalement inconnus jusqu'alors et que les scientifiques de l'époque ne tarderont pas à surnommer la Darwinie pour se moquer des théories évolutionnistes du célèbre naturaliste anglais. Par quel prodige en est-on arrivé là ? Que sont devenus tous ceux et toutes celles qui vivaient là auparavant ? Mystère ! Certains y voient l'intervention de la main de Dieu : il s'agirait d'un miracle ou d'une punition divine. D'autres, une nouvelle énigme scientifique, un défi à relever par des esprits rationnels. Quelques années plus tard, ce nouveau continent, cette Terra Incognita, suscite et entretient des conflits tant politiques que territoriaux. En 1920, devenu photographe, Guilford Law rejoint les scientifiques de l'expédition anglo-américaine Finch dont l'objectif est de remonter le Rhin pour explorer cette nature encore indomptée. Commence alors un grand voyage dans l'inconnu. Mais la mission n'est pas aussi simple qu'initialement prévue. L'environnement, tout d'abord, se montre particulièrement hostile. Et puis, comme si cela ne suffisait pas, des complots se nouent opposant les Anglais aux Américains. Résultat : les morts violentes se succèdent qui déciment les rangs...

Une uchronie steampunk ? Certainement ! Mais Darwinia n'est pas uniquement une uchronie et pas vraiment non plus une aventure steampunk !... Pas seulement un récit d'exploration d'un espace encore inconnu ni une simple histoire de mondes parallèles non plus ! Par ailleurs, ceux qui s'attendent à trouver dans cette science-fiction ambitieuse - et plutôt compliquée, il faut bien l'avouer ! — un rapport quelconque avec le darwinisme en seront également pour leurs frais : l'évolution des espèces n'est assurément pas le sujet que Robert Charles Wilson a souhaité traiter. Cela va bien au-delà. Il sera encore question d'entités cosmiques qui se battent entre elles depuis des milliards d'années, de possession... Mais stop ! A trop en dire, on risque de déflorer le sujet du livre... Il n'empêche que tous ceux qui auront la curiosité de se plonger dans la lecture de "Darwinia" ne seront certainement pas déçus parce que ce roman très descriptif, agréablement écrit, captivant dès les premières pages, ce roman dont l'action progresse lentement, doucement, dont l'histoire dépasse l'entendement et dont les personnages s'imposent, attachants, vrais, foncièrement humains, est tout simplement unique, particulièrement innovant, ahurissant, ébouriffant, hallucinant, captivant, qu'il réserve de nombreuses surprises et une fin parfaitement imprévisible et inattendue. Car rien en effet n'annonce ni ne laisse prévoir le tour que prendront les choses !

Robert Charles Wilson a de l'imagination à revendre. Darwinia est un roman qui interpelle, bouscule nos certitudes, suscite nombre d'interrogations et force la réflexion. A lire, donc !

MGRB

partager sur facebook :