L'ombre du caméléon

Minette WALTERS

Robert Laffont, 2008
Collection : Best-Sellers
400 pages. 22 euros



Un véhicule de reconnaissance Scimitar saute sur une mine artisanale sur la route entre Bassorah et Bagdad. Il n'y a qu'un seul survivant, le chef du véhicule, Charles Acland, un lieutenant de 26 ans. Il est soigné dans un hôpital de la banlieue de Birmingham où, partiellement amnésique, il va essayer de "digérer la mort de ses camarades, la fin de sa carrière, la cécité d'un oeil, un bourdonnement d'oreille permanent, des migraines et un visage défiguré..." Le pire c'est que le "monstre de foire" (c'est ainsi qu'il se défini lui-même) semble "bousillé à l'intérieur autant qu'à l'extérieur." L'officier intelligent, ouvert, amical, sociable, apprécié de tous "avant l'accident" s'est changé en "rebelle" introverti, méprisant, rageur, agressif, et tout le monde s'accorde à dire qu'il a un problème avec les femmes, en particulier avec son ex-fiancée...
Revenu, bien malgré lui, à la vie civile, il loue pour six mois un rez-de-chaussée dans le quartier de Waterloo, à Londres. Une bagarre dans un pub va attirer sur lui l'attention de la police qui le soupçonne d'être impliqué dans le meurtre de trois homosexuels...
"Le monde n'est pas bien beau, fiston, et l'honneur, la patrie et le reste ne veulent plus rien dire une fois que tu as quitté l'armée..."(p199).
Minette Walters fait partie du club très fermé des reines du crime, tout comme ses consoeurs P.D. James et Anne Perry, pour ne citer qu'elles. Elle est considérée comme "l'une des meilleures plumes du roman policier britannique contemporain". Spécialiste du thriller psychologique, elle n'a pas son pareil pour créer des "atmosphères ou des situations malsaines". Suspense, subtilité de l'analyse psychologique et peinture réaliste de la société anglo-saxonne constituent sa marque de fabrique. C'est à nouveau le cas dans ce dernier roman où l'auteur "fait reposer l'énigme sur un réseau enchevêtré de relations humaines"...
Des personnages à la psychologie fouillée. Charles Acland, "Quasimodo" torturé et ambigu... Cet homme en colère est-il bien le caméléon fourbe que son ex-fiancée prétend ? Deux personnages féminins remportent la palme (les personnages féminins sont souvent une réussite dans les différents romans de Minette Walters) : celui de Jennifer Morley, l'ancienne fiancée, sosie de l'actrice
Uma Thurman, une garce redoutable. Et surtout, surtout celui de Jackson, "doctoresse lesbienne et haltérophile", au coeur gros comme ça...
"L'ombre du caméléon" est un roman complexe, glauque. Un roman captivant et de haute tenue comme les autres romans de Minette Walters. En ce qui me concerne, je considère que "Cuisine sanglante", "Résonances", "Un serpent dans l'ombre" et "La disparue de Colliton Park" lui sont cependant supérieurs...

Roque Le Gall

partager sur facebook :