L'Origine du mal

Georges BESS

Glénat, 2011
Le Vampire de Bénarès, T. 2



Bénarès, Mircéa et son pote rentrent dans le temple de Gopal pour retrouver leur copain journaliste. Passés les premiers escaliers, ils vont y trouver les gamooshs, des créatures fantastiques, capables de les réduire en charpie...

Un album de qualité assez médiocre : le scénario est le prétexte à un voyage dans les bas-fonds fantastiques des temples, mais finalement rien ne se passe. On évolue d'une créature à une autre sans y croire vraiment. La description de ce monde permet à l'auteur quelques cases intéressantes, essentiellement rouge et noir, mais ça ne casse pas non plus des briques dans le fantastique. L'histoire ne va guère plus loin et on sort de l'album avec l'impression d'un bidule un peu creux et qui déploie beaucoup de créatures extraordinaires pour pas grand-chose. Quelques notions sur ce peuple qui prospère lorsque le monde souffre, mais ça ne va pas plus loin.

Peut-être la réponse dans le tome 3 ?

Marc Suquet


Péma Ling

Georges BESS

Dupuis, 2005



Tsanga était conteur ambulant dans les villages du Tibet. Il est tué par un tyran qu'il a déjà corrigé. Son frère Sonam emmène sa nièce Pema Ling, fille de Tsanga, vers le Nieumé Ché, le bouddha vivant, après l''assassinat de son père. Sur conseil du bouddha vivant, il emmène l'enfant à son 2e frère qui vit dans un monastère. En chemin, il déguise Péma Ling en garçon, condition pour qu'elle soit acceptée dans le monastère. Dans celui-ci, Péma est attirée par des adolescents qui pratiquent une danse proche d'un art martial.

L'est plutôt branché Tibet, Georges Bess après le Lama Blanc voilà qu'il recommence avec cet album. Un album dont le rythme lent déconcerte un peu au départ. Mais on s'y fait vite et on rentre dans l'histoire. Après tout, n'est-on pas au Tibet, un pays zen par excellence. L'histoire est assez prenante, mêlant le passé - la vie de Pema avec son père saltimbanque - au présent - l'entrée de Pema au monastère. Le perso de Pema est attachant avec son lourd passé et son innocence face à la vie. On sent pourtant chez elle une farouche volonté symbolisée par la dernière image ou l'héroine déclare " je serai une guerrière ". Nul doute que les assassins de son père vont prendre une sacrée raclée dans les tomes suivants.

Le dessin est classique, bien coloré mais sans grande originalité. Un bon album dont on attend la suite.

Annecat

partager sur facebook :