Le soleil n'est pas pour nous (La trilogie noire, T. 2)

Philippe BONIFAY, Youssef DAOUDI, Léo MALET

Casterman, 2006



Paris, 1926 : André sort de prison. Il reprend progressivement contact avec la vie extérieure. Il rencontre Fredo qui lui présente Gina. Une histoire d'amour va naître entre eux deux. Mais André a tué deux hommes pour protéger Gina. Les deux amoureux partiront de Paris vers la campagne. Ils travaillent quelque temps dans une ferme dont ils sont chassés après que le propriétaire a cherché à passer des moments un peu trop agréables avec Gina.

Une trilogie dont les volumes peuvent se lire indépendamment.

Une histoire assez classique faite de bonheur qui coule doucement mais irrémédiablement vers le malheur. On sent progressivement arriver une fin difficile et triste. Cette coulée progressive est intéressante mais parfois un peu trop " misère..., ... misère ". Les personnages sont touchants et sympathiques. Parfois presque un peu trop caricaturaux : le jeune garçon sympa et généreux, entraîné par la vie vers la misère et vers sa propre fin. La fille vive et dynamique, obligée de se prostituer pour payer ses dettes. Il y a pourtant beaucoup de tendresse dans ces personnages et l'on s'y attache facilement. André c'est le maudit que la vie n'aidera jamais. Le soleil n'est effectivement jamais pour André.

Le dessin est classique et efficace. L'ensemble est souvent noir, soutenant bien l'ambiance générale de l'album. Il y a un peu de couleur lorsque les deux amoureux arrivent à la campagne. Un répit de courte durée et dont les promesses sont vite dépassées pour revenir vers le noir.

C'est un assez bon album bien que parfois un peu caricatural.

Marc Suquet

partager sur facebook :