La chambre d'ambre

Jérôme BUCY

Belfond, 2008
19 euros



Où nous faisons la connaissance de Ludovic Lardennois, ancien flic, nouveau privé appelé à l'aide par une psy polonaise (en Pologne donc !) afin de fouiller le lourd passé de Lorelei, une jeune patiente sérieusement allumée s'auto-accusant de crimes affreux qu'elle ne peut avoir commis puisque bouclée à l'HP ! Izabela la jolie psy pense qu'en demêlant les fils du lourd passé de Lorelei elle pourra la guérir de ses tourments et quoi de mieux pour cela que notre Ludo, lui-même trimballant un lourd passé !
Où l'on s'aperçoit que nôtre Ludo s'intéresse moyen à la psyché de notre jeune allumée mais beaucoup plus aux travaux de son papa , mort dans de douteuses circonstances et carrément plus aux doux yeux bleus de sa psy. Il se lance donc à la recherche des papiers du papa qui permettent peut-être de retrouver la chambre d'ambre de Catherine II de Russie spoliée par ces salopiots de nazis, mais également l'ambre de la mythique Atlantide qui en était bourrée si tant est qu'elle ait existé. Las, des crimes affreux parsèmeront sa recherche.
Bon ça a l'air comme ça mais on est loin d'Indiana Jones. Le livre est un peu plombé par son atmosphère glauque et ses longues descriptions de pièces en carrelage blanc post soviétique, notre héros a le charisme d'un bidet, à tel point que son enflammement amoureux pour Izabela nous laisse un peu perplexe ! Mais bon je me suis finalement laissée entraîner par le côté chasse au trésor de l'affaire et une fin roublarde en diable ! Allez, 14 sur 20 donc et je lirai avec plaisir les nouvelles aventures de Ludo à la recherche de la chambre en Vénilia de ma grand-mère , même que s'il ne la retrouve pas ben, comment dire, c'est pas grave !

Gaëlle


La Maison des Enfants Rouges

Jérôme BUCY

Liv'Éditions, 2004



Paris, Mars 2003. Marine, dix-huit ans, est une jeune fille solitaire, anorexique, très peu communicante. Poussée par une pulsion qu'elle ne cherche pas à refouler, elle se jette dans la Seine, bien décidée à mettre fin à ses jours. Pourquoi ce mal-être, pourquoi cette irrépressible pulsion de mort ? C'est ce qu'elle va s'attacher à découvrir, pour se remettre de son traumatisme, tout d'abord en allant consulter un psy, puis en s'intéressant au comportement étrange d'une petite fille habillée de rouge des pieds à la tête qui semble l'attendre sur le trajet qu'elle emprunte entre son domicile et la librairie dans laquelle elle travaille. Lorsqu'elle lui emboîte le pas, commence alors une quête qui va la mener en Bretagne, au Faouët, entre la chapelle Sainte Barbe et la maison des Enfants Rouges, un ancien orphelinat reconverti en centre accueillant aujourd'hui dans ses murs des enfants lors des vacances scolaires... Là, peut-être, dans ces lieux qu'elle découvre, trouvera-t-elle les réponses à ses questions...

Pour parvenir à ses fins, Marine n'aura de cesse de plonger dans le passé, notamment de faire revivre dans sa mémoire sa petite enfance oubliée... On retrouve dans le troisième roman de Jérôme Bucy les thèmes qui lui sont chers. Si, pour la première fois, le personnage central de son nouveau roman est une jeune fille, l'histoire qu'il nous propose demeure une quête à la fois initiatique et identitaire reposant sur des mensonges, des non-dits et un lourd secret de famille sur lequel, malgré les dangers encourus, la jeune héroïne aura à coeoeur de faire toute la lumière. Point ne faut en dire plus : ce serait par trop éventer l'histoire ! Originale, fort bien bâtie, bien rythmée, maîtrisée de bout en bout, l'intrigue tricotée par l'auteur nous fait voyager entre Paris, Morbihan et Finistère. Le suspense intelligemment distillé éveille très rapidement (et n'arrête jamais par la suite de titiller) la curiosité du lecteur qui se laissera du reste facilement emporter par le style simple et l'écriture fluide et élégante de Jérôme Bucy. Et puis le mystère s'opacifie tandis que la tension dramatique monte crescendo. Dès lors, le lecteur captivé n'a plus qu'une idée : ne pas lâcher le livre avant le dénouement final. Il ne sera pas déçu ! Les personnages sont cohérents, vivants et attachants. Dangers, surprises et rebondissements ne manquent pas. Quant au décor breton, mystérieux et envoûtant à souhait, prégnant et admirablement décrit, il joue dans cette histoire un rôle à part entière.

De roman en roman, Jérôme Bucy prend de plus en plus d'assurance et ne cesse de progresser. Sans nul doute est-il en train de devenir un véritable maître du genre. Bravo !

MGRB

partager sur facebook :