Galateia Negra

Luc CALVEZ

Dominique & Luc Calvez, 2005



Bienvenue sur la planète Brésil ! Bossa nova et caipirinha sont au rendez-vous pour échauffer les sangs et les sens des pâles septentrionaux que nous sommes, nous autres Français ! Loïck est un jeune breton de 33 ans, célibataire (récemment séparé, hélas pour lui ! ) qui possède une boutique à Saint-Malo. Il s'en vient au Brésil pour son négoce et cherche également un cadeau à offrir à son propriétaire, ce cadeau étant un enjeu important puisque si son destinataire le préfère à celui que rapportera son ex-compagne, il lui permettra de garder la boutique. Sur les rythmes latinos et au gré des ondées continentales, Loïck sillonne Recife et y croise l'enchanteresse Galateia, une jeune métisse mariée et mère de deux enfants. Galateia la naïade mordorée ne suit que son instinct et ses passions et pousse notre Breton hors de sa réserve naturelle pour le plonger dans le monde enivrant des sensations et de la sensualité sud-américaine... Entre ce marin — capitaine parti pour une contrée lointaine et sa belle se glissent des fantômes : Serafim le peintre qui crée un tableau dont il s'éprend, tel un Pygmalion d'ébène, Viano de Belem le prêtre maléfique qui enlèvera la douce comme un Priape diabolique enlevant Déjanire à son Héraclès...

L'ami Calvez s'est bien amusé dans cette histoire de " Pygmaliao Negro ", son double de papier vit une histoire mythologique sous le soleil du sud hémisphère ! Les quartiers de Recife, les fêtes brésiliennes, le désert et ses villages sont traversés de héros mythologiques attachants ou repoussants tour à tour. Philémon et Baucis, les deux amoureux qui finiront un jour arbre gémellaire , chêne et peuplier au même tronc sont ici deux merveilleux vieillards pauvres et resplendissants de sagesse au soleil de midi. Viano le prêtre-sorcier est maléfique à souhait et lorsque Loïck arpente son territoire on dirait fort qu'il aborde un certain nombre des strates de l'enfer de Dante. Enfin l'amour entre la belle métisse et le jeune breton finira par être consommé, pas d'inquiétude ! Un bon cru de notre crêpier préféré, qui aurait tort décidément de se cantonner à la complète oeuf-miroir quand il réussit si bien ces cocktails littéraires exotiques dont il a le secret !

Marion Godefroid-Richert


Importateur d'objets d'art, Loïck recherche au Brésil la perle rare, la pièce qui supplantera tout ce que son ex-femme pourra trouver de son côté. Or, sa rencontre avec la mystérieuse Galateia lui permettra peut-être, d'une façon détournée, de remporter cette étonnante compétition. En effet, son ami Pygmalion, un artiste-peintre aussi malhabile que talentueux, cherche à peindre la femme idéale, mais se trouve fort gêné dans cette tâche par sa misogynie patente et maladive. Loïck lui donne alors, sans véritablement s'en rendre compte, quelques conseils qui aboutissent à un éblouissant portrait... de cette fameuse Galateia. Pygmalion s'éprend alors d'une troublante façon de sa création, ou peut-être de son modèle, alors que Loïck en vient à réaliser à son tour que Galateia ne lui est pas non plus indifférente.

Or, la jeune femme lui a confié une vision qu'elle a ressentie lors des dernières fêtes de la Saint-Jean, celle d'un homme inconnu aux cheveux blonds, sur fond de mer immense, étonnamment blanche. Le jour où un homme blond se présente à elle, elle disparaît à sa suite.

Loïck se lance alors à sa recherche dans un véritable paradis terrestre qui recèle pourtant ses zones d'ombre...

Galateia negra est l'oeuvre d'un véritable amoureux du Brésil. Loin de n'être qu'un " roman-carte postale ", ce livre nous offre quelques instantanés de ce pays de manière impressionniste, par petites touches, à grand renfort de tranches de vie et de souvenirs pleins de couleurs, de sons et de parfums. Cela sent le vécu et donne une perception très personnelle d'un Brésil vu de l'intérieur. L'on rêve avec l'auteur de ces jangadas dont les Brestois se souviennent pour avoir donné à la rade des couleurs insolites lors des fêtes maritimes de 2004... Les personnages secondaires sont savoureux, telle cette femme truculente qui craint son mari jaloux, alors qu'il est en fait plus volage qu'elle-même le sera jamais... L'intrigue est parfois un peu confuse, tant l'accent est mis sur les songes et les impressions fugaces des personnages mais la lecture de ce roman poétique, intime, reste des plus agréables, d'autant que l'écriture de Luc Calvez se révèle très belle, travaillée, mais sans artifices inutiles. Le lecteur s'amusera à déceler les nombreuses allusions à divers mythes, le plus évident restant celui de l'amour de Pygmalion pour sa création. Une bien jolie parenthèse dans l'oeoeuvre policière de Luc Calvez.

Mikael Cabon

partager sur facebook :