Memento mori

Gérard ALLE

Court Circuit, 2016



"Vous êtes marrants, quand même, par ici. Couvrir un assassinat, ça n'a pas l'air de vous effrayer." (p. 109)

On est en novembre, le mois noir, comme on l'appelle dans ce village du Centre Bretagne dont l'école et la poste ont fermé... Un village qui dépérit...

"Une équipe de foot, surnommée la Juventus de purin..." Une église "où un curé pigiste dit la messe aux trois dernières bigotes." Un abattoir à la sale réputation et qui n'attire pas les jeunes. Un abattoir, fournisseur d'emplois de la région, dirigé "avec fermeté" par "le jeune Lecoq", qui a repris l'entreprise de son père. "Ce jeune coq de combat" est secondé par son contremaître, le très autoritaire Maurice : "Quand c'est Maurice qui cause, les ouvriers ne mouftent pas..."

Dans ce village, une sorte d'oasis, cependant, où jeunes et moins jeunes se rencontrent, discutent : le Bar des Sports, animé par Yvette, la plus que dynamique tenancière...

Voici les premières lignes de ce très beau roman :

"Au Bar des Sports, centre du trou du cul du monde, c'est le festival permanent des gosiers pentus, le bureau grand ouvert des renseignements généreux. Si le Bar des Sports n'existait pas, c'est bien simple, je me demande si j'existerais. Au Bar des Sports, je m'installe au comptoir. Je mate. J'écoute. Je me gave..."

En quelques lignes, le décor est planté et le ton est donné... Le lecteur sait déjà qu'il va se régaler, se gaver, lui aussi !...
Celui qui "mate, écoute et se gave", le narrateur, c'est Ronan, la quarantaine, "petit, mais petit avec de grandes oreilles ! C'est pratique pour mon métier. Je bosse à la radio. Radio Bro, la radio du populo. Une petite radio locale, associative..."

Après le suicide du vieux Jos, employé à l'abattoir qui venait de prendre sa retraite, puis les révélations du jeune Kévin, dix-huit ans, qui avait préféré interrompre son stage dans cette même entreprise à cause des cadences infernales, des brimades et des humiliations (il se faisait "tailler en tranches"), Ronan décide de mener l'enquête...

Rencontre houleuse avec "le jeune Lecoq"...

Peu de temps après, Maurice, le contremaître peu apprécié, est victime d'une agression : "trois coups de couteau dans le bide." Il ne survivra pas à ses blessures. Dès lors Ronan ne sera plus le seul à mener l'enquête...

Ne comptez pas sur moi pour vous révéler le nom du coupable de ce roman noir - noir et rural - qui aborde des sujets d'actualité, que l'auteur connaît bien, comme les méthodes parfois contestables de l'agroalimentaire, le mouvement des bonnets rouges...

Roman noir certes mais roman fort distrayant : style et dialogues percutants, savoureux, truculents. Personnages hauts en couleur : Ronan, Lecoq (déjà cités), Rémy (grand ami du vieux Jos), un "étrange étranger énigmatique"... Mais surtout, surtout il y a Yvette la sémillante tenancière (quatre-vingts printemps, tout de même !) : "de l'énergie à revendre", une passion pour la littérature, "connaît ses clients par coeur"... Un très, très beau personnage qui n'est pas sans rappeler Yvonne, "l'octogénaire aussi étonnante qu'admirable" du documentaire remarquable et si plein d'humanité, Mon lapin bleu, réalisé par Gérard Alle.

Précipitez-vous sur Memento mori, un roman court mais dense ! Un petit bijou que nous propose là un talentueux et surprenant touche-à-tout !

P. S. : Coïncidence ?
"Le Mouton à Cinq Pattes" (Bistro/Partage/Convivialité/Animations/Spectacles/Expos/Ateliers/Jeux et lectures)
Place Guérin/Brest même. L'expo du mois : Memento mori
Les artistes Rättekomma, John Trap et Nicolas Bourhis se retrouvent au Mouton à Cinq Pattes pour proposer une version du célèbre Memento mori, souviens-toi que tu vas mourir. Figure du monstre, de l'étrange, de la mort... Venez découvrir leurs oeuvres, exposées tout au long du mois de novembre sur les murs du Mouton !

Roque Le Gall

partager sur facebook :