Little America

Henry BROMELL

Gallmeister, 2017
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Janique Jouin de Laurens



Où est donc situé le Korach ? Nul ne le sait, mais est-ce bien grave ? Le lecteur apprendra dans ce livre que ce pays imaginaire est situé au Moyen-Orient, près de la Jordanie. Mais la question qui obsède Terry est plutôt la suivante : qui était mon père ? Mac Hopper est en effet agent de la CIA entre 1950 et 1978. Il se rapproche du souverain de ce pays jusqu'à en devenir son confident. Quarante années sont passées et le jeune Terry, devenu historien, souhaite remonter le fil de son histoire et comprendre la personnalité de son père. Un père qu'il a aimé, mais dont il n'a jamais été proche.

Voilà un livre dont je me suis demandé durant les cinquante premières pages si j'allais le laisser tomber. Je n'aime pas trop ce que l'on ressent parfois comme un manque de ténacité, mais l'absence d'avancée dans l'histoire a le don de m'exaspérer. J'ai continué et bien m'en a pris : l'ensemble est envoûtant.

Au détour de Little America, se dévoile le monde de la diplomatie américaine, avec des personnages bien connus comme Allen Dulles, premier directeur de la CIA ou John Foster Dulles, ministre des Affaires étrangères des Etats-Unis mais aussi Nasser, le parti Baas, la République arabe unie, le Front islamique. Un monde sophistiqué à souhait d'espions très chics, issus de l'université, fait de dry martini, de clubs où les discussions politiques sont grossières, de chansons de Sarah Vaughan, de cours de tennis et bien sûr de cigarettes américaines, éternellement accrochées aux lèvres de héros insouciants des conséquences sanitaires qui sont aujourd'hui les nôtres.

Le style de l'auteur est superbe. Henry Bromell, lui-même fils d'agent de la CIA, est l'un des principaux contributeurs de la série Homeland. Little America est un roman élégant et, après les cinquante premières pages, difficile de s'en décrocher.

Amateurs de belle littérature, le détour vous ravira.

Marc Suquet

partager sur facebook :